Retour

Vendre du cannabis à Saskatoon pourrait coûter cher

La Ville de Saskatoon propose de demander 20 000 $ aux magasins de production et de vente de cannabis, pour leur première année de fonctionnement.

L’achat d’une licence annuelle compte parmi les propositions que la Ville de Saskatoon étudiera mercredi pour réglementer les établissements commerciaux qui vendront du cannabis. D’un montant de 20 000 $ la première année, cette autorisation pourrait ensuite être renouvelée pour 10 000 $.

L’argent récolté servirait à compenser les coûts associés à la légalisation du cannabis, comme l’augmentation du personnel administratif et l’utilisation de ressources de la Ville. Elle précise par ailleurs que le montant demandé sera réévalué une fois les commerces pleinement établis.

Sept de ces commerces se trouvent à Saskatoon, selon la liste des bénéficiaires des permis de vente de cannabis annoncée le 1er juin dernier par la province.

Des coûts et restrictions additionnels

Pour répondre aux exigences de la proposition de réglementation, les magasins devront être séparés d’au moins 160 mètres et être équipés de systèmes de filtration d’air.

La réglementation prévoit également des restrictions strictes en ce qui concerne les enseignes, qui ne devront pas faire de promotion pour le cannabis. Les vitrines sont aussi visées, et elles ne pourront pas exposer de produits dérivés du cannabis ou reliés à la plante.

D’après la Ville, ces mesures ont pour objectif de permettre aux entreprises de bénéficier de la légalisation du cannabis, tout en en maîtrisant les possibles aspects néfastes sur la communauté. Les jeunes, dont l’accès aux magasins sera interdit en dessous de 19 ans, sont particulièrement visés.

Les commerçants qui obtiendront une licence municipale auront 12 mois pour ouvrir leur magasin à compter de l'entrée en vigueur de la loi provinciale.

Une stratégie globale

Les mesures de cette proposition entrent dans les Objectifs stratégiques de Saskatoon pour une croissance durable et une diversité et une prospérité économiques. Elles ne concernent pas l’accès au cannabis médicinal, mais pourraient être étendues à d’autres entreprises liées au cannabis, comme les entreprises de conseil par exemple.

Les exigences de la Ville de Saskatoon s’ajouteront à celles de la loi provinciale, qui répond elle-même à la loi C-45 sur le cannabis. Adoptée en seconde lecture au Sénat, cette loi fédérale est de retour à la Chambre des communes pour l’examen d’amendements supplémentaires.

Elle devrait être adoptée au cours de l’été et, une fois en vigueur, elle légalisera l’accès au cannabis au Canada tout en en contrôlant la production, la distribution et la vente.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine