Retour

Vente de Rona : Québec et la Caisse disent oui, Péladeau dit non

Québec n'entend pas empêcher la vente du quincaillier québécois Rona à la firme américaine Lowe's, qu'approuve la Caisse de dépôt et placement du Québec. Si le Parti québécois demande au gouvernement de bloquer la transaction, la Coalition avenir Québec le presse d'agir pour prévenir de telles transactions à l'avenir.

En entrevue à ICI RDI, la nouvelle ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a soutenu que la transaction de 3,2 milliards de dollars est « souhaitée de part et d'autre ». Lorsque le gouvernement Charest est intervenu pour bloquer une précédente transaction, en 2012, Lowe's avait plutôt soumis une offre d'achat non sollicitée pour Rona, a rappelé la ministre. « On n'est pas dans le contexte de 2012 », a-t-elle souligné.

Mme Anglade dit avoir eu une conversation à ce sujet mardi avec le président de Lowe's Canada, Sylvain Prud'homme, et qu'elle a été « rassurée sur les engagements » pris par la firme américaine quant au maintien du siège social, des emplois, des bannières et de la chaîne d'approvisionnement.

La ministre entend tout de même « poursuivre les discussions » avec Lowe's, pour s'assurer que la transaction « profite à l'ensemble des Québécois et à l'ensemble des fournisseurs » et que la chaîne d'approvisionnement de Rona soit « maintenue pour les prochaines années ». Le gouvernement va exprimer « de façon claire ce qu'il souhaite avoir », a assuré Mme Anglade.

Lors de cette entrevue, et dans un impromptu de presse donné subséquemment à l'Assemblée nationale, Dominique Anglade a systématiquement refusé de dire s'il aurait été préférable que Rona demeure aux mains d'intérêts québécois. Elle a réitéré que le maintien des emplois était ce qui importait.

La Caisse dit oui

La ministre a aussi souligné que la Caisse de dépôt et placement du Québec a accepté de vendre ses parts dans Rona, puisqu'elle voit l'intérêt de la transaction « pour leurs déposants, et par conséquent pour l'ensemble des Québécois ».

Dans un communiqué publié tout juste avant que Mme Anglade n'accorde une entrevue, la Caisse de dépôt dit être d'avis que « la transaction mènera au maintien ou à la croissance de l'activité économique générée par les bannières de Rona au Québec ».

La Caisse soutient avoir pris sa décision après avoir considéré « la recommandation unanime du conseil d'administration de Rona en faveur de cette offre, la prime de 105 % par rapport à la valeur moyenne de l'action à la Bourse de Toronto dans les 30 derniers jours [11,68 $], les responsabilités de la Caisse envers ses déposants et les engagements pris par Lowe's quant à sa présence au Québec et au Canada ».

Québec doit agir pour bloquer la vente de Rona, tonne Péladeau

Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau s'oppose pour sa part à cette transaction et presse le premier ministre Philippe Couilllard d'utiliser les outils qu'il a à sa disposition pour la bloquer.

« Nous en avons trop perdu, des sièges sociaux. Tout le monde le dit, tous les commentateurs le disent », a poursuivi le chef du PQ. « Il faut s'assurer que nous allons avoir une politique pour les maintenir au Québec, parce que c'est avec des emplois rémunérateurs, des emplois de siège social, des emplois décisionnaires que nous créons de la valeur. »

Selon M. Péladeau, la transaction menace le « tissu des PME » au Québec. « Rona, c'est 55 % des fournisseurs qui sont des petites et moyennes entreprises du Québec. Lorsqu'on prend des décisions dans le sud des États-Unis, on ne prend pas en considération ces éléments-là. On va purement et simplement au moins cher. Ce n'est pas comme ça qu'une collectivité va s'enrichir. »

Le chef péquiste fait aussi valoir que la Caisse pourrait bloquer la transaction si elle le voulait, puisqu'elle possède plus de 10 % des actions, une proportion suffisante pour mettre un oeuvre une politique de « squeeze out » (une procédure de retrait obligatoire). « Investissement Québec doit s'engager dans la direction pour lancer le message que ce que nous souhaitons, c'est garder le siège social de Rona au Québec », a-t-il dit.

Informé par la suite que la Caisse de dépôt approuvait la transaction, M. Péladeau a dit ne pas être étonné. Il a cependant déploré que l'institution ne remplisse pas sa « deuxième fonction », soit de contribuer au développement économique du Québec.

La ministre Anglade a par ailleurs précisé ultérieurement qu'Investissement Québec ne détient plus d'actions dans Rona. 

Il faut agir pour sauver les autres entreprises, dit Legault

« Rona, c'est Rolland [Dansereau] et Napoléon [Piotte]. Rolland et Napoléon sont maintenant américains. Quelle triste journée! », a lancé le chef de la CAQ, François Legault, au cours d'un point de presse.

« Il est trop tard pour sauver Rona, malheureusement », a-t-il concédé d'emblée. Il s'est dit « stupéfait » d'entendre Mme Anglade - qui a déjà présidé sa formation - défendre une transaction qui constitue une « mauvaise nouvelle pour l'économie du Québec ».

S'il y a moins d'emplois de qualité au Québec, c'est parce qu'il a moins de sièges sociaux, a-t-il soutenu.

M. Legault s'est en outre montré sceptique devant la promesse de Lowe's de conserver le siège social à Boucherville.

Plus de la moitié des fournisseurs de Rona sont des petites entreprises québécoises, a-t-il rappelé. Citant en exemple l'achat de Provigo par la chaîne d'alimentation ontarienne Loblaws, il a soutenu que les fournisseurs québécois devaient maintenant se rendre à Toronto pour convaincre les acheteurs.

« Pensez-vous que les nouveaux actionnaires, les nouveaux dirigeants, qui sont des Américains, vont utiliser des avocats, des comptables québécois? », a-t-il ajouté.

Rappelant la vente d'Alcan, du Cirque du Soleil, de Provigo et d'Astral à des intérêts étrangers, il a dit craindre pour les Bombardier, SNC-Lavalin, CGI et Métro. « Le gouvernement Couillard a la responsabilité d'agir » pour que les grandes entreprises d'ici restent entre des mains québécoises, a-t-il martelé.

Il propose lui-même de créer un fonds stratégique chez Investissement Québec « pour constituer avec l'accord d'un certain nombre d'actionnaires des blocs de contrôle ».

« M. Couillard doit des réponses aux Québécois », a affirmé François Legault. Le chef caquiste veut notamment savoir ce qu'il est advenu du bloc d'actions que détenait Investissement Québec dans Rona.

Québec solidaire inquiète

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, s'inquiète pour les emplois en jeu. « Moi, je voudrais qu'on soit assuré de garder la totalité des emplois », a-t-elle indiqué à ICI RDI.

Mme David s'interroge sur le rôle que doit jouer la Caisse de dépôt et placement dans ce dossier. Elle n'est cependant pas allée jusqu'à demander le blocage de la transaction.

« Si la Caisse de dépôt a été capable d'aider Pierre Karl Péladeau - sans la [Caisse de dépôt], il n'aurait pas pu acheter Vidéotron, comme tout le monde sait - comment ça se fait que la Caisse de dépôt, aujourd'hui, est étrangement silencieuse? », a-t-elle demandé.

« Est-ce que le gouvernement du Québec ne devrait pas s'en mêler un peu? », ajoute-t-elle. « Rona, c'est une belle entreprise québécoise qui existe depuis fort longtemps. Il faut absolument, en tout cas, préserver les emplois et s'assurer que les fournisseurs québécois vont continuer d'être dans le décor de façon importante. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine