Retour

Vente du Centre de foires : un projet complexe

Le désir de vendre le Centre de foires de Sherbrooke compte parmi les déclarations les plus marquantes du maire de Sherbrooke, Steve Lussier, lors de sa campagne électorale. L'infrastructure est, à son avis, un « éléphant blanc » qui pourrait être rentabilisé par sa vente à des partenaires privés. Toutefois, après certaines vérifications, plusieurs obstacles pourraient entraver ou retarder les projets du nouveau maire.

En 2009, l'administration municipale du maire Jean Perreault reçoit une bonne nouvelle: une subvention de 11,6 M$ du Fonds Chantiers Canada-Québec est accordée à Sherbrooke pour la construction d’un centre régional de foires

L'objectif de l'époque était de stimuler l'économie régionale. Les retombées économiques annuelles sont alors estimées à plusieurs millions de dollars.

Toutefois, plusieurs conditions sont liées à l'octroi de cette subvention.

Selon les informations transmises par le Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), la Ville doit demeurer propriétaire de l'infrastructure et « l'utiliser aux fins initialement prévues sur une période minimale de 10 ans. »

Ces conditions, selon le MAMOT, sont en vigueur jusqu'en mars 2022. Le non-respect de celles-ci pourrait obliger la Ville à rembourser une partie de l'aide financière accordée en 2009.

« Il est également tenue, en vertu du protocole d’entente, d’aviser le MAMOT au préalable de tout changement qui va à l’encontre des deux conditions mentionnées précédemment notamment la vente potentielle au privé. Dans cette situation, il est prévu au protocole que le MAMOT, en collaboration avec le gouvernement fédéral, puisse exiger de la Ville le remboursement en partie de l’aide financière autorisée dans le cadre du projet », explique, par courriel, un responsable du Ministère.

Le maire, Steve Lussier, assure avoir été informé des conditions en vigueur. Il affirme également avoir pris connaissance du pourcentage qu'il devra rembourser advenant la vente du Centre de foires. Un chiffre qu'il ne souhaite pas divulguer pour le moment.

« On m'a déjà appelé de ce côté-là. C'est déjà affirmé. Je vais commencer à en parler avec mon conseil exécutif », dit-il.

Son désir de vendre rapidement le Centre de foires semble plus évasif que lors de la campagne électorale.

« Il y a des pourcentages à respecter. On est tout à fait d'accord avec ça. On va regarder, peut-être, au lieu de la vente dans un premier temps, de passer cette option en deuxième et en premier temps d'y aller directement avec des concessions. », dit-il

Steve Lussier assure avoir déjà établi certains contacts pour trouver des partenaires privés. Selon lui, il est trop tôt pour les dévoiler, mais il persiste : il souhaite agir rapidement.

Un zonage à réévaluer

Le zonage actuel pourrait devoir être modifié, si la vocation du Centre de foires change.

Pour le moment, la réglementation municipale restreint le type d'activités qui peuvent avoir lieu dans cette zone.

Seuls les lieux d'hébergement ou de réunion y sont tolérés.

« Nous n'avons pas regardé l'aspect du zonage, pas encore, concède Steve Lussier. Dans un premier temps, on regardait la rentabilité, car il faut rentabiliser le Centre de foires le plus rapidement possible. »

Une modification au zonage devrait être approuvée par le comité d'urbanisme de la ville de Sherbrooke.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine