Retour

Vers une nouvelle carte électorale en Alberta

La carte électorale de l'Alberta connaîtra d'importants changements d'ici la prochaine élection, a laissé entendre la Commission de délimitation des circonscriptions électorales. Celle-ci a entamé ses premières consultations publiques à Edmonton.

Depuis le recensement de 2011, la population albertaine a connu une croissance de 20 %, et cette augmentation a provoqué un déséquilibre entre les comtés, assure la juge de la Cour d’appel de l’Alberta et présidente de la Commission, Myra Bielby.

« Chaque député doit représenter, en moyenne, le même nombre de citoyens au sein de l'Assemblée législative, c'est l'un des fondements de la démocratie », explique-t-elle.

Les 87 circonscriptions que compte la province étaient réparties de manière égale il y a huit ans. Maintenant ce n’est plus du tout le cas.

Myra Bielby, présidente de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales

L’objectif étant de respecter le plus possible la représentativité politique des résidents d’une circonscription qui varie en fonction du recensement et des évolutions démographiques, ces consultations se déroulent toutes les deux élections provinciales, soit tous les huit à dix ans.

Pour être plus équilibrée, chaque circonscription devrait désormais compter, en moyenne, 48 800 personnes. Ce nombre pourrait varier de 25 % tout au plus.

Liz Acheson et Ken Zinyk, un couple vivant dans le sud-ouest d’Edmonton, sont venus assister à cette première consultation publique afin de partager leurs inquiétudes quant à leur représentativité et pour demander à ce que les frontières de leur circonscription soient modifiées. « Le risque serait que l’on soit sous-représentés, par manque de députés », estime Ken Zinyk.

Dans leur circonscription, la population est passée de 43 780 personnes en 2011 à 66 489 en 2016. « Il y a des circonscriptions avec 30 000 résidents et un député, nous sommes 60 000 et nous n’en avons aussi qu'un seul », déplore Liz Acheson, qui s'interroge quant à l'équité.

À titre d’exemple, la circonscription comptant le moins d’électeurs est celle de Dunvegan-Central Peace, avec 25 000 résidents, contre 79 000 résidents dans la circonscription la plus peuplée, Calgary-Sud-Est.

La Commission doit présenter ses recommandations finales aux législateurs avant le 31 octobre. Aucun comté ne sera toutefois ajouté.

Avec des informations de Sébastien Tanguay

Plus d'articles

Commentaires