Retour

Violence familiale : le Syndicat du N.-B. veut une nouvelle loi

Un syndicat qui compte 6000 femmes parmi ses membres encourage le gouvernement du Nouveau-Brunswick à promulguer une loi en matière de violence familiale.

Le Syndicat du Nouveau-Brunswick souhaite que la législation garantisse la sécurité d'emploi aux personnes qui tentent d'échapper à une relation conjugale violente.

La porte-parole du Syndicat, Susie Proulx-Daigle, cite en exemple le Manitoba où une telle loi permet aux victimes de violence familiale de prendre un certain nombre de jours de congé rémunéré et non rémunéré.

Fredericton évalue actuellement la possibilité d'établir une loi une loi en matière de violence familiale.

Un projet de loi similaire est présentement à l'étude en Ontario. Les nouvelles mesures offriraient par exemple aux victimes de violence sexuelle ou familiale 10 jours de congés rémunérés, des congés non rémunérés et des modalités de travail flexibles.

« Il peut être extrêmement difficile de briser un cycle d'abus et, en tant que province, nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les gens à cet égard », a déclaré la présidente du Syndicat du Nouveau-Brunswick, Susie Proulx-Daigle.

Mme Proulx-Daigle affirme que le syndicat souhaite travailler avec le gouvernement pour faire en sorte qu'une telle loi devienne réalité le plus rapidement possible.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine