Retour

Voie de contournement : 3 nouveaux scénarios proposés par les maires

Alors qu'une étude de faisabilité est en cours pour analyser la voie de contournement proposée par le BAPE en 2017, Radio-Canada a appris que les maires de Lac-Mégantic, de Nantes et de Frontenac souhaitent que le gouvernement retourne à la table à dessin afin d'envisager « trois variantes du tracé projeté ».

Un texte de Charles Beaudoin avec les informations de Mélissa Fauteux

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, le maire de Frontenac, Gaby Gendron, et le maire de Nantes, Jacques Breton, ont fait parvenir une missive au ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, afin que Québec paye une nouvelle étude de faisabilité et que le nouveau tracé fasse consensus au sein des trois municipalités concernées.

« Un corridor avait été établi. Depuis, il y a une autre étude qui nous amène à des tracés plus précis dans ce corridor-là et là, on les a entre les mains et on discute pour demander des variantes au gouvernement pour s'assurer que l'impact soit le moins négatif possible sur l'ensemble des trois collectivités », explique Julie Morin.

Rappelons que la firme AECOM a reçu le mandat en 2015 de réaliser une étude de faisabilité sur le tracé de voie de contournement retenu par le BAPE. Les conclusions de cette étude étaient attendues pour 2019. Le tracé prévoit une déviation à partir de l'ouest de Frontenac. La voie de contournement traverserait la rivière Chaudière avant de longer les voies existantes du parc industriel de Lac-Mégantic et de se terminer à l'intersection des routes 161 et 262.

Dans la lettre obtenue par Radio-Canada et envoyée au ministre Coiteux il y a trois semaines, un tunnel de trois kilomètres et la relocalisation de la voie d'évitement Vachon est proposée pour le tronçon se trouvant sur le territoire de Frontenac.

Un scénario impliquant une demi-voie de contournement à Lac-Mégantic est également soumis au ministre Coiteux, où le corridor de l'antenne ferroviaire existante du parc industriel serait utilisé à partir de la rue Villeneuve avant d'être raccordé à la voie principale dans le district Agnès.

« Ça, c'est une demi-solution. C'est régler le problème à moitié pour moi et j'ai des réserves là-dessus », proteste le porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, Robert Bellefleur, qui estime néanmoins « légitimes » les requêtes des municipalités avoisinantes.

La variante de Nantes consisterait quant à elle à conserver la voie de contournement au nord de la route 161 à partir du carrefour giratoire jusqu'au point où elle devra revenir au sud de celle-ci pour se connecter à la desserte du parc industriel de Lac-Mégantic.

La construction de la voie de contournement pourrait commencer en 2021 ou 2022 et avoisinerait les 130 millions de dollars.

Avec les informations de Mélissa Fauteux

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine