Retour

Well inc. : Chantal L'Espérance souhaite proposer un cadre aux promoteurs le 19 mars

S'il n'en était que de Chantal L'Espérance, les promoteurs immobiliers seraient fixés sur les incitatifs et la marche à suivre entourant le projet Well inc. dès la prochaine séance du conseil municipal de Sherbrooke.

Pour la présidente du comité de revitalisation du centre-ville et conseillère du secteur, il importe de « profiter du momentum » généré lors de la dernière année pour mettre de l'avant un projet qui ralliera la majorité de la population.

« On met les bouchées doubles, parce que le temps urge. Il y a un momentum au niveau de l’entrepreneuriat qu’il ne faut pas perdre. Les gens sont prêts à continuer de travailler ensemble pour faire en sorte qu’il y aura une proposition qui va plaire au conseil », a-t-elle affirmé mardi à la sortie de la réunion hebdomadaire du comité de revitalisation du centre-ville.

Ses propos rejoignaient cependant ceux du promoteur Philippe Dusseault, qui invitait la Ville lundi à définir le cadre dans lequel ses homologues et lui devront opérer pour relancer le projet Well inc.

Il était toujours impossible de savoir mardi si la Ville compte employer de nouveau une entente d'exclusivité avec un promoteur, comme elle l'avait fait avec le consortium composé de SherWeb, du Groupe Custeau et du Fonds immobilier FTQ, ou si elle allait privilégier un appel d'offres, un appel de propositions ou une entente de gré à gré.

« La priorité du conseil, c’est de conserver le momentum. On est tous d’accord qu’il faut faire quelque chose du côté de Wellington Sud. [...] Il y a des prémisses de base sur lesquelles tout le monde s'accorde. Le processus je pense que c’est là-dessus que ç’a accroché », expliquait Chantal L'Espérance.

Le stationnement devant l'inconnu

Établi comme étant en fin de vie par les ingénieurs de la Ville, le stationnement à étages de la rue Wellington Sud devra être examiné. L'objectif est de déterminer s'il peut durer jusqu'à la construction d'un nouveau stationnement. Il était prévu qu'il soit démoli cette année, malgré des investissements de plus de 900 000 $ en six ans.

« Il y a eu quelques petits travaux qui ont été faits pour pouvoir prolonger sa vie. […] Est-ce qu’il y aura lieu de faire d’autres travaux à l’intérieur des quelques années qui vont nous séparer d’une coupe de ruban? Ce sera à voir. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine