Retour

Wynne en faveur du contrôle des loyers, malgré une étude de CIBC

La première ministre Kathleen Wynne dit que l'argument selon lequel l'imposition de mesures pour limiter l'augmentation des loyers freinerait la construction d'appartements « ne tient pas la route ».

À l’heure actuelle, seuls les immeubles construits après novembre 1991 sont assujettis à un contrôle des loyers.

Cette exemption pour les nouveaux édifices visait à stimuler la construction d’appartements, mais ça n’a pas vraiment été le cas, souligne Mme Wynne.

Le gouvernement libéral a promis une réforme « importante » en matière de loyers, sans donner de détails.

Mesure contre-productive?

L’économiste Benjamin Tal de CIBC affirme, toutefois, que l’élargissement du contrôle des loyers « est le contraire de ce dont la région de Toronto a besoin ».

M. Tal explique ceci :

  • Le contrôle des loyers n’incite pas les propriétaires d’immeubles à investir dans leur rénovation. « Les propriétaires, dit-il, n’ont pas à attirer de nouveaux locataires. »
  • Le marché locatif à Toronto a été envahi par tous les condominiums qui sont loués par leur propriétaire.

De son côté, le conseiller municipal Josh Matlow est d’accord que le système actuel de contrôle des loyers est problématique, mais il ne pense pas pour autant qu’il faille l'éliminer.

Il propose plutôt d’abolir la date « arbitraire » de 1991.

Plus d'articles

Commentaires