Retour

20e des Huskies : retour sur « l'incident Canale », un événement disgracieux

« L'affaire Jos Canale » a marqué l'histoire des Huskies de Rouyn-Noranda. Les images de l'événement avaient fait le tour de la planète. L'entraîneur-chef des Castor de Sherbrooke s'était attaqué à des partisans des Huskies avec un bâton de hockey.

Voyez plus haut la capsule sur le sujet réalisée par Martin Guérin

Un article de Félix B. Desfossés

21 h passées, des sirènes retentissent. Deux voitures de police se stationnent d'urgence près d'une sortie secondaire de l'aréna Dave Keon de Rouyn-Noranda. Un petit homme en veston aux cheveux noirs frisés est amené par les policiers, puis embarqué dans une des voitures. Son nom est Jos Canale. Un match de hockey vient de se terminer dans la violence et la confusion. L'instructeur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est arrêté.

« Faites du bruit! »

27 mars 2000, la fin de l'hiver approche à Rouyn-Noranda. Il y a de l'excitation dans l'air. Les Huskies sont en quart de finale. Le Vieux-Noranda est pris d'assaut par des centaines de véhicules qui occupent tous les espaces de stations possibles et impossibles. Près de 2000 personnes s'entassent lentement dans l'aréna Dave Keon.

À chaque partisan qui entre dans l'amphithéâtre, on remet un contenant de plastique noir ayant la forme d'un bidon d'antigel. Ces contenants sont remplis de billes de métal. Lorsqu'ils sont brandis dans les airs et brassés vigoureusement, les contenants font un bruit infernal. « Faites du bruit! », demandait l'annonceur du match à la foule. Il n'aurait pas pu être mieux servi.

Canale expulsé

Quatrième match de la série. Les Huskies de Rouyn-Noranda ont le dessus sur les Castors de Sherbrooke. Un arbitre prend une décision qui déplaît à l'entraîneur-chef des Castors. Jos Canale pète les plombs. « Jos était très intense [...] c'était un personnage, c'était incroyable », se souvient Laurent Barry, thérapeute sportif des Castors de Sherbrooke en 2000.

Canale saisit le bâton d'un de ses joueurs, grimpe sur le banc, frappe la bande pour attirer l'attention de l'arbitre, il crie. Le coach est manifestement hors de ses gonds. Frustré de devoir accepter la décision de l'arbitre, l'entraîneur se saisit l'entrejambe dans un geste disgracieux et lance une insulte à l'arbitre. Il est expulsé du match.

Une pluie d'insultes... et de billes

Daniel Vincelette, assistant-entraîneur, ancien de la ligue nationale de hockey, est laissé à lui-même.

Le bruit mené par les contenants de plastique remplis de billes est d'une intensité difficile à soutenir. S'ajoute à cela l'irritation des insultes lancées par les partisans des Huskies à l'endroit des joueurs des Castors au cours de la partie.

Des billes de métal commencent à voler. Des partisans malfaisants les dirigent vers le banc des Castors. Les joueurs en reçoivent, mais les membres du personnel aussi.

Dernière minute de jeu à la troisième période. Les Huskies mènent 2-1. Les Castors retirent leur gardien, Dany Sabourin, originaire de Val-d'Or. « Sa conjointe est proche de nous. Elle reçoit des billes. Lui, il pète les plombs. Il n'aime pas ça », relate M. Barry.

Comme un tomahawk

35 secondes avant la fin du match, les Huskies comptent dans un filet désert. Une pluie de billes de métal s'abat sur le banc des Castors. Daniel Vincelette voit rouge. L'assistant-entraîneur saisit un bâton s'en sert comme d'un tomahawk pour tenter d'atteindre un partisan qui aurait lancé des projectiles au banc des joueurs.

Jos Canale, qui était relégué aux coulisses, réalise l'intensité de la scène. Il se jette dans l'arène. Saisissant lui aussi un bâton, il vise le premier partisan qu'il voit. « Le problème, c'est qu'il darde Jacques Trudel, gouverneur général des Huskies. Et il est avocat », souligne Laurent Barry.

La police est appelée sur les lieux. Jos Canale est amené. Des accusations criminelles sont portées contre lui. Les deux instructeurs sont suspendus par la LHJMQ et condamnés à payer une amende de 1000 $ chacun.

« Le jour et la nuit »

Les images de ces gestes disgracieux ont fait le tour de la planète. Si l'événement a été autant remarqué, c'est probablement parce qu'il est survenu au cours d'une certaine période de transition ou d'évolution dans l'éthique et les comportements dans joueurs et des instructeurs dans la LHJMQ.

« Quand on parle de cette époque-là et d'aujourd'hui, c'est le jour et la nuit. Je ne pense pas qu'on verrait des choses comme ça aujourd'hui. Ça a changé énormément », observe Jean-Paul Charlebois, descripteur des matches des Huskies et imminent connaisseur de l'histoire du hockey. « Mais il y a 35 ou 40 ans, ça serait peut-être passé inaperçu! », lance-t-il.

Août 2001, Jos Canale est trouvé coupable de voies de fait armées. Il reçoit pourtant l'absolution pour son geste.

Avec la collaboration de Martin Guérin

Plus d'articles