La famille Pomerleau de Rouyn-Noranda élève deux poules dans leur cour. Elle doit maintenant s'en séparer après avoir reçu un avis de la Ville.

Avec les informations de Marc-Olivier Thibault

La municipalité interdit les poules en milieu urbain, mais pourrait modifier son règlement. Alexie Pomerleau a toutefois trente jours pour se départir de ses poules.Il s’agit d’une déception pour elle et ses trois enfants, mais aussi pour le voisinage qui connaissait l'existence des animaux.

Selon Alexie Pomerleau, personne ne se plaignait de la présence de ses poules dans le quartier.

Comité en placeLe conseiller municipal, Robert Brière, travaille actuellement avec un comité sur la réglementation des animaux sur le territoire de Rouyn-Noranda.« On a eu des demandes. Il y a cette famille, mais aussi une autre qui a fait des demandes pour avoir des poules en ville. Présentement ce n'est pas accepté. Principalement, on consulte les autres municipalités, si elles ont dû ajuster leur règlement. S’ils ont fait marche arrière pour telle raison. On regarde tout ça et après on se fait une tête », soutient-il.

MobilisationAlexie Pomerleau soutient que la famille entend monter un dossier qu'elle va présenter à la Ville.« Je veux faire une pétition ou quelque chose. Je trouve ça plate. Ville-Marie les accepte, Montréal les accepte, en France ils en donnent aux citoyens pour mieux gérer les déchets. Parce qu'une poule, ça mange les déchets de table. Ça enlève 30% de ta quantité de déchet et ça te transforme ça en œufs frais », soutient Mme Pomerleau.Aucune date n'est encore avancée pour l'adoption d'un nouveau règlement sur les animaux à Rouyn-Noranda.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine