Retour

350 M$ en compensations pour les producteurs laitiers : insuffisant clame le Syndicat des producteurs de lait de l'A-T

Le gouvernement de Justin Trudeau réserve 350 millions de dollars pour aider les producteurs de lait et de fromage à faire face aux conséquences de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Le président du Syndicat des producteurs de lait de l'Abitibi-Témiscamingue, Gabriel Rancourt, se dit déçu de l'aide annoncée par le gouvernement canadien.

M. Rancourt soutient que cette somme n'est pas suffisante. Selon lui, le gouvernement Harper avait promis aux producteurs laitiers des compensations beaucoup plus importantes.

« M. Harper, lorsqu'il a négocié l'entente avec l'Europe, il savait bien que le secteur du lait était le secteur perdant. [Il paraît] que cette entente-là c'était pour enrichir le Canada de plusieurs milliards. C'est merveilleux! Il nous avait promis une compensation de l'ordre 3 milliards pour les producteurs et les transformateurs, rappelle-t-il. Là, on hérite d'une compensation de 350 millions, dont 100 millions pour les transformateurs. Il reste à peine 250 millions pour les transformateurs, sur cinq ans. Donc, on n'est pas très heureux. »

Gabriel Rancourt craint une perte élevée des revenus pour les producteurs de lait de la région. « L'importation de 17 500 tonnes de fromage européen représente environ 2 % de notre marché réparti sur chacune de nos fermes en production. Ça donne environ 12 000 $ par ferme. Pour une ferme moyenne, en Abitibi-Témiscamingue, on parle, au terme de l'entente, d'une perte de 12 000 à 13 000 $ par ferme. Ce qui est à noter, c'est que la perte est aussi pour toujours », souligne-t-il avec amertume.

Plus d'articles