Retour

60% de membres de la FIQ pensent quitter le CISSS-AT selon un sondage

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) affirme que 60% de ses membres pensent quitter le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT).

Avec les informations de Claude Bouchard

C'est ce que révèle un sondage web réalisé auprès de ses 1 600 membres.

702 infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes ont répondu au questionnaire entre le 19 novembre et le 8 décembre.

La présidente de la FIQ-CISSSAT, Carole Gendron, ne s'attendait pas à ces résultats.

Le même sondage a révélé que 98% des membres de la FIQ dans la région affirment que leurs conditions de travail se sont dégradées depuis la création du Centre intégré de santé et de services sociaux.

Par ailleurs, le syndicat affirme que le PDG de l'organisation diffuse des informations erronées à la population.

Yves Desjardins affirmé, la semaine dernière, que le temps supplémentaire représentait 1% de la masse salariale du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue.

Or, le syndicat soutient que le Plan de main-d'oeuvre triennale 2016-2019 du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue fait état d'un taux de temps supplémentaires de 2,7%.

Selon le même document, le taux est de 4,13% à la direction des soins infirmiers.

Le président-directeur général du CISSS-AT, Yves Desjardins, réagira mercredi lors d'un point de presse.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards