Retour

75 ans pour le détachement du 34e Régiment de génie de combat de Rouyn-Noranda 

Le détachement de Rouyn-Noranda du 34e Régiment de génie de combat s'apprête à souligner son 75e anniversaire. Plusieurs activités auront lieu au cours des prochaines semaines pour souligner l'événement dont un excercise militaire, une parade et un concert de musique militaire, samedi prochain, le 14 mai. 

En entrevue à l'émission Des matins en or, le Major André Desrochers commandant du détachement, a parlé des débuts de la présence militaire dans la région. Il a raconté qu'à l'approche de la Deuxième Guerre mondiale, il y avait un mouvement à Ottawa de créer des unités de réserves, soit des milices, composées de civils qui avaient des mandats et du financement de l'armée pour pouvoir protéger les citoyens. 

« Il y a plusieurs communautés minières qui ont été ciblées, parce que les gens avaient le savoir-faire. Il y a un métier de soldat qui est le génie de combat et à l'époque, c'était creuser des tunnels pour aller faire exploser des positions ennemies par dessous », a raconté Major André Desrochers. 

Malgré la présence de l'industrie minière en Abitibi, Rouyn-Noranda aurait une exception de ce mouvement. La grande quantité de minerais entreposée à la fonderie et le désordre causé par la crise de la conscription dans la région a encouragé un inspecteur municipal de l'époque à demander à Ottawa de créer une milice pour venir en renfort aux policiers dans ce contexte. Ottawa refuse une première fois, Monsieur Bent, recrute malgré tout des volontaires, ce qui incite la capitale à revenir sur sa décision. 

« Ottawa a dit « on te laisser créer quelque chose » qui est devenu le North West Québec Home Defense Unit, qui avait une unité à Normétal, une dans le coin d'Amos, Kirkand Lake, mais la maison mère était à Rouyn-Noranda. Après, un an, Ottawa a dit « ils ont quelque chose dans le nord du Québec, puis ils ont permis de créer une unité de l'armée avec certaines permutations, mais le 15 mai 1941, on est vraiment devenus ce qu'on est maintenant », indique Major André Desrochers. 

Fin des années de gloire?

L'année 1989 fur une année charnière pour le détachement de Rouyn-Noranda, où le premier commandant régulier de la force régulière qui commandait des réservistes. À cette époque, le nombre de réservistes atteint le sommet de près de 150 réservistes. Depuis, la fermeture du bureau du centre de recrutement, la perte du statut d'unité indépendante et la compression de positions des forces régulières ont réduit la taille des effectifs au poste de détachement. 

Parmi les héritages de la présence du détachement du 34e Régiment de génie de combat à Rouyn-Noranda, on retrouve plusieurs projets communautaires, dont la confection du pont suspendu au Parc national d'Aiguebelle, des tours de garde-feu et le démantèlement d'un réflecteur sur le mont Kékéko. Maintenant, les projets communautaires ne font plus partie de l'entraînement des réservistes dans la région. Les enseignements sont plutôt axés sur les opérations militaires. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine