Retour

À Val-d'Or, 37 % des avertisseurs de fumée sont non conformes

À Val-d'Or, 37 % des avertisseurs de fumée ne répondraient pas aux exigences du règlement municipal. C'est ce que révèle les statistiques des visites d'inspections résidentielles du Service de sécurité incendie pour l'année 2015. La moyenne provinciale est d'environ 25 %. La réglementation de Val-d'Or plus exigeante expliquerait ses résultats.

Avec les informations de Sandra Ataman

En février dernier, un feu s'est déclaré dans l'appartement d'Yves Paquin, à Val-d'Or.

« J'ai eu peur, j'ai été tellement surpris par l'épaisseur, par le noir, que ça avait! C'est pas de la fumée, c'est de la suie. De la grosse suie », raconte-t-il. 

Yves Paquin est persuadé qu'il doit la vie à son avertisseur de fumée. 

Les pompiers du Service incendie de la Ville de Val-d'Or se sont donné l'obligation de vérifier la conformité des avertisseurs de fumée de chacune des résidences de la municipalité. Ils devront visiter 15 000 bâtiments en 5 ans.

En 2015, les statistiques ont révélé que 37 % des avertisseurs n'étaient pas conformes. Ces chiffres sont élevés, selon le chef en prévention et formation pour le service incendie de Val-d'Or, Mario Tremblay. Par contre, il ajoute que la municipalité applique la réglementation à la lettre. Par exemple, les pompiers de Val-d'Or exigent que soit changé un avertisseur après 10 ans d'utilisation.

« On veut s'assurer par cette démarche-là que les occupants sont bien en sécurité. Il faut savoir qu'on a 3 minutes pour évacuer un bâtiment. Le temps de réaction d'un avertisseur varie entre 5 ou 7 secondes », explique Mario Tremblay. 

Idéalement, Mario Tremblay aimerait diminuer de moitié le pourcentage de non-conformité des avertisseurs de fumée d'ici 5 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine