Retour

Accident impliquant un autobus scolaire : la CSLT admet qu'il y a eu confusion

La Commission scolaire du Lac-Témiscamingue admet qu'il y a eu confusion dans les messages envoyés aux parents des enfants impliqués dans l'accident d'autobus scolaire mercredi après-midi.

Avec les informations de Tanya Neveu

Rappelons que 12 enfants ont été transportés à l'hôpital de Ville-Marie par mesure préventive à la suite de cette collision impliquant leur autobus à Laverlochère.

Plusieurs parents nous ont rapporté qu'ils ont vécu de l'incertitude et du stress en raison de ce manque de communication.

Certains ont rapporté à Radio-Canada ne pas avoir reçu d'appel, ni de la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue, ni des services d'urgence, à la suite de l'accident.

Ils ont appris par les réseaux sociaux ou les médias qu'ils devaient se présenter à l'hôpital pour récupérer leur enfant.

Informations contradictoires

À l'inverse, d'autres parents rapportent avoir été appelés à plus d'une reprise, mais avec des informations contradictoires.

Certains ont par exemple été informés que leur enfant arriverait comme à l'habitude avec l'autobus scolaire, alors qu'il se trouvait à l'hôpital.

Un parent a même affirmé avoir reçu quatre appels. Chaque fois, la consigne qu'on lui donnait était différente. Une situation angoissante, nous a confié ce parent qui préfère garder l'anonymat.

La Commission scolaire fait son mea culpa

À la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue, on nous confirme que la procédure d'urgence a été respectée à lettre, mais qu'il y a bien eu confusion dans les messages à diffuser, entres autres sur le compte Facebook de l'école Saint-Isidore de Laverlochère

Le régisseur du transport scolaire, Guy Bergeron, estime que les informations fusaient de toutes parts lors des événements.

« C'est vraiment une mésentente, une mauvaise compréhension du message qui aurait du être véhiculé d'une personne à une autre. C'est à partir de ce moment qu'il y a eu une confusion dans le message envoyé aux parents au début », avoue-t-il.

Selon la procédure d'urgence de la Commission scolaire du Lac-Témsicamingue, en cas d'accident, le 9-1-1 doit être signalé d'abord et avant tout.

Une fois sur place, ce sont les ambulanciers qui ont la responsabilité de déterminer si les élèves doivent se rendre à l'hôpital ou non.

Plus d'articles