Retour

Accouchement à l'extérieur de l'hôpital : le Centre de santé cherche une solution

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a réagi lundi matin à l'accouchement d'une femme devant une porte barrée le 31 mai à Ville-Marie, au Témiscamingue.

En entrevue, la chef de service en communications interne au CISSS-AT, Krystina Sawyer, a soutenu que différentes raisons sont à l'origine des événements.Naika Jeannot et Adoussalam Diallo se sont butés devant les portes closes de l'établissement de santé en pleine nuit, alors que la femme était en douleurs.

C’est d'une part, la problématique d'itinérance dans les environs qui a poussé l'organisation de l'ancien CSSS du Lac Témiscamingue à prendre la décision de barrer les portes la nuit.« Il y avait beaucoup d'itinérance et de gens qui étaient sous consommation d'alcool qui perturbaient la salle d'urgence. Ça perturbait également la sécurité des gens qui étaient sur place. Considérant qu'il n'y avait pas d'agent de sécurité et qu'il y avait peu de personnel, on avait décidé de barrer les portes », explique M. Sawyer.Krystina Sawyer affirme que le CISSS cherche actuellement des moyens pour contrer les problèmes qui découlent de la décision de barrer les portes.

Le manque de personnel de nuit, tel que mentionné dans le reportage de Radio-Canada, a aussi été mentionné par l'organisation du CISSS comme un des facteurs ayant mené à l'événement vécu par la famille Diallo.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine