Retour

Aérogare de Rouyn-Noranda : les gens d'affaires interpellent le ministre Moreau pour l'agrandissement

Les gens d'affaires de Rouyn-Noranda lancent un cri du coeur au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), Pierre Moreau. Ils lui ont acheminé une lettre pour lui illustrer l'urgence d'agir pour la mise à niveau de l'aérogare de Rouyn-Noranda. La sécurité des usagers, le manque d'espace et la compromission du développement économique sont évoqués.

« Des situations inacceptables »

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger, fait allusion dans la lettre à la sécurité des usagers, mais aussi à la contribution des infrastructures aéroportuaires dans le développement économique du Nord-du-Québec.

Il précise que 61 % des plus de 160 000 passagers qui ont transité par l'aéroport de Rouyn-Noranda en 2014 ont voyagé vers le Nord québécois.

« On a des situations qui sont inacceptables, dénonce-t-il. On a des gens qui font de la location automobile dans des roulottes, on s'entend que ce n'est pas optimal pour faire le développement des affaires. On a des vols parfois qui sont retardés pour s'assurer de bien gérer les zones stériles. Les gens qui prennent l'avion, ils sont payés immédiatement quand ils entrent dans l'avion, donc, le temps d'attente, c'est de l'argent pour ces minières-là. »

Le développement minier et industriel est donc au coeur des nouveaux besoins de l'aérogare. « On a eu beaucoup de développement au cours des dernières années et, ce qui arrive présentement, c'est une surcapacité due au développement », ajoute M. Loranger.

Des entreprises témoignent

L'entreprise Propair est installée à l'aérogare de Rouyn-Noranda depuis les années 1980. Même s'il est retraité, l'ancien président Louis Pronovost tenait à être présent parce qu'il est inquiet que dans les circonstances actuelles, le développement économique soit compromis.

« Ce qui m'inquiète, aujourd'hui, c'est que s'il y avait de nouveaux projets miniers nordiques, je ne sais pas si on pourrait les accueillir, craint M. Pronovost. On n,est même pas capables d'accueillir probablement de nouveaux transporteurs qui pourraient vouloir venir s'installer. Il n'y a pas de place pour des comptoirs. Alors il faut agir maintenant et c'est pour ça que je suis ici aujourd'hui. »

Le coordonnateur du transport pour le projet Éléonore de Goldcorp, Jean-Philippe Clément, doit assurer la logistique de 15 vols par semaine qui décollent ou atterrissent à Rouyn-Noranda. Il gère ainsi le transit de 578 employés. Selon lui, il faut agir.

« Quand ça va bien, c'est quand même assez serré dans l'aéroport. C'est quand on a des conditions climatiques qui sont difficiles que ça devient plus compliqué. On tombe en attente dans les salles d'attente et avec les autres transporteurs, les autres vols de l'extérieur, ça devient compliqué pour tout le monde. Une mise à niveau va faire en sorte que ça va promouvoir une augmentation des activités du nord, ça va aider pour le développement du nord », soutient-il.

L'aérogare de Bagotville pourrait-elle être priorisée?

Par ailleurs, Jean-Claude Loranger est inquiet de se faire damer le pion par Saguenay, qui a aussi manifesté sa volonté d'agrandir l'aérogare de Bagotville. Selon lui, le gouvernement doit être cohérent avec ses projets de développement du nord.

M. Loranger ajoute qu'il est temps que le gouvernement fasse sa part. « La Ville a fait ses devoirs. Si le gouvernement est sérieux et il dit qu'il veut faire du développement économique, il faut qu'il nous permette d'avoir une aérogare à niveau », fait-il valoir.

Réaction au cabinet du ministre Moreau

Le cabinet du ministre indique que la transmission de la lettre a été l'occasion de discuter de ce dossier une nouvelle fois avec le député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Luc Blanchette, qui en avait fait une priorité électorale. Son attachée de presse a souligné qu'il s'est montré ouvert à étudier la manière dont il pourrait rendre un programme admissible pour les infrastructures aéroportuaires. Une rencontre doit aussi être tenue avec les gens d'affaires de Rouyn-Noranda dans les prochaines semaines.

Voici notre entrevue complète sur le sujet.

Plus d'articles

Commentaires