Retour

Affaire Weir : Christine Moore appelle les gens à dénoncer toute forme d’harcèlement

La député néodémocrate d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, invite les gens à dénoncer tout geste de harcèlement. Elle soutient ces propos dans la foulée des événements entourant le député fédéral néodémocrate Erin Weir, déjà suspendu de ses fonctions parlementaires depuis février, qui est officiellement exclu du caucus de son parti depuis minuit jeudi.

Avec les informations d’Émilie Parent-Bouchard

Jointe à Ottawa, Christine Moore précise que son parti a cherché à trouver un terrain d'entente avec Erin Weir en vue de le réintégrer, notamment en lui demandant de reconnaître ce qui lui était reproché et en suivant une formation sur le harcèlement.

« J’aurais peut-être pu mieux faire les choses », explique d’emblée Christine Moore.

La députée invite d'ailleurs les personnes qui subissent ou qui sont témoins de harcèlement à dénoncer ces gestes.« Dans ce cas-ci, on avait offert à M. Weir de l’accompagner dans le but qu’il change [ce type de comportement]. Malheureusement, il a choisi une autre voie. Je crois sincèrement que le changement est possible et c’est de cette manière qu’on va tous pouvoir avancer ensemble sur ce qu’on a le goût de faire en tant que société et de créer un environnement plus favorable aux femmes et aux filles », soutient la députée.Concrètement, Christine Moore explique que le parti avait offert à M. Weir la possibilité de rester au caucus advenant qu’il reconnaisse les gestes posés.

« On lui avait offert de participer à des formations pour mieux comprendre ce qu’est le harcèlement sexuel. Il y avait certaines conditions comme celles-ci, qu’il n’a malheureusement pas respectées avec les déclarations qu’il a faites mardi soir », soutient-elle.

Inadmissible

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, reproche notamment à son député d'avoir commenté publiquement, et sans sa permission, l'enquête menée à son sujet quant à des allégations de harcèlement et de harcèlement sexuel.

Rappelons que la députée d'Abitibi-Témiscamingue, bien qu'elle ait toujours nié avoir elle-même subi du harcèle ment, avait transmis un courriel à l'interne de son parti pour dénoncer les allégations de plusieurs femmes, dont des employées du NPD.

Plus d'articles