Retour

Aiguebelle s'ajoute au projet pilote sur les chiens dans les parcs nationaux

Le parc national d'Aiguebelle fera partie de la prolongation du projet pilote concernant la présence des chiens dans les parcs nationaux du Québec.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue et ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, en a fait l'annonce le vendredi 9 février.

Trois parcs nationaux, ceux d'Oka, de la Jacques-Cartier et de Frontenac font déjà partie du projet pilote lancé en 2016.

Comme le projet pilote se déroule bien dans ces trois parcs, les parcs d'Aiguebelle et du Lac-Témiscouata s'ajoutent à l'expérience pour sa troisième et dernière année.

« C'est un dossier très polarisé depuis des années, souligne Catherine Grenier, vice-présidente Exploitation des parcs nationaux à la SÉPAQ. On estime à un quart des ménages québécois qui ont des chiens. C'est sûr qu'il y a une demande. Notre mission, c'est d'assurer l'accessibilité au plus grand nombre. L'objectif ici, c'est de bien documenter la question. »

Des règles à suivre

Dès le 18 mai, les propriétaires de chiens pourront donc y emmener leur toutou en randonnée, à condition de respecter les règles établies par le projet pilote.

« Ce qu'on voit, c'est que le comportement du propriétaire est vraiment clé dans le succès. Les gens ont tendance à suivre les règles quand d'autres gens regardent, alors on voulait voir dans des parcs de proximité régionale si ça avait une incidence sur le taux de conformité », précise Catherine Grenier.

Vers une hausse d'achalandage?

La directrice du parc National d'Aiguebelle, France Simard, s'attend à l'arrivée de nouveaux clients cet été. « Les gens qui sont propriétaires de chiens aiment sortir avec leur animal favori, c'est certain que ça peut amener des clientèles qui ne venaient pas auparavant », fait-elle remarquer.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, est satisfait, jusqu'à maintenant, du déroulement du projet pilote. « On espère que ce sera concluant pour faire des recommandations positives », formule-t-il.

Selon les premières analyses du projet pilote, lancé en 2016, le nombre de plaintes des visiteurs dans ces parcs nationaux serait marginal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine