Retour

Aimé Pingi d'Amos : un exemple d'intégration et d'implication sociale

Aimé Pingi, congolais d'origine, s'est installé à Amos il y a 8 ans. Chimiste de formation, spécialisé dans l'analyse de l'eau, il a choisi la ville d'Amos parce que « la meilleure eau [s'y] retrouve! », dit-il d'un ton amusé. M. Pingi est un exemple même d'intégration et d'implication sociale. Vanessa Limage l'a rencontré.

Avec les informations de Vanessa Limage

Aimé Pingi est catégorique, c'est son implication au sein de la communauté amossoise qui a facilité son intégration. Il s'est impliqué pendant 2 ans à la Croix-Rouge section Abitibi, depuis 8 ans, il s'engage au Centre de prévention du suicide d'Amos, en plus d'accueillir et de conseiller les nouveaux arrivants.

Pour Aimé Pingi, le Mois de l'histoire des Noirs est l'occasion de souligner l'implication des personnalités Noirs qui s'investissent dans leur milieu « parce qu'au quotidien, à la télévision souvent ce sont plus les gangs de rue... On parle de rap tout ça. [Pendant] le mois de l'histoire des Noirs, c'est les gens parlent de d'autres choses, d'autres implications plus constructives plus positives, des personnalités noires. »

À travers ses implications, il souhaite communiquer « une image positive dans la tête des gens ». Il croit d'ailleurs marcher dans les pas d'Ulrick Chérubin, défunt maire d'Amos, d'origine haïtienne. « Il a laissé une très très bonne image, donc nous continuons dans ce sens », affirme-t-il.

Même s'il admet avoir parfois le mal du pays lors des grands froids, c'est en organisant des fêtes multiculturelles à Amos que Aimé Pingi brise l'isolement et renoue avec ses racines.

Plus d'articles