Retour

Amos : la commission scolaire et la chambre de commerce s'unissent contre le projet de loi 86

La Commission scolaire Harricana et la Chambre de commerce et d'industrie du Centre-Abitibi s'opposent au projet de loi 86 qui prévoit l'abolition de la gouvernance scolaire. En point de presse, ce matin à Amos, la Chambre de commerce et la Commission scolaire Harricana ont fait part de leurs craintes. Elles craignent une centralisation des pouvoirs à Québec ce qui nuirait au développement de la région.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

Les commissaires sont à l'écoute des besoins des communautés qu'ils représentent, explique la présidente de la Commission scolaire Harricana, Annie Quenneville. « Il y a des décisions qui vont être prises, ça va être du mur-à-mur, croit-elle. Elles vont être appliquées ici et ça ne sera pas en fonction de nous, les régions, qui sont très différentes. Nous, les élus, on s'assure d'écouter et de défendre les intérêts des régions comme dans les petites écoles ou les milieux plus défavorisés. Notre grande inquiétude c'est vraiment une centralisation des pouvoirs dans les mains du ministre. »

Tout comme la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda, la Chambre de commerce et d'industrie Centre-Abitibi demande au ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx de visiter les commissions scolaires de l'Abitibi-Témiscamingue.

« Présentement c'est le conseil des commissaires qui décide ce qui passe au niveau de la gouvernance des commissions scolaires et avec l'adoption du projet de loi 86, ce n'est plus les commissaires, ce n'est plus notre gouvernance locale, c'est le ministre qui devient le gouvernement de la commission scolaire », explique le président de la Chambre de commerce et d'industrie Centre-Abitibi, Normand Gauthier.

Pour sa part, le bureau du ministre Sébastien Proulx affirme que le ministre a l'intention de visiter les commissions scolaires et les écoles sur le terrain. Des consultations ont commencé le 16 février. La Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois doit y participer.

Plus d'articles

Commentaires