Retour

« Andréanne était comme un catalyseur de rêves », dit Sandy Boutin

Andréanne Sasseville, animatrice et ambassadrice des chaînes francophones de SiriusXM et dont le combat contre le cancer a ému le public et l'industrie de la musique, est morte lundi matin, à l'âge de 41 ans. Parmi les nombreux messages de sympathie offerts par la colonie artistique, le président-cofondateur du Festival de musique émergente (FME) en Abitibi-Témiscamingue, Sandy Boutin, a lui aussi voulu lui rendre hommage.

Selon Sandy Boutin, Andréanne Sasseville constituait un modèle non seulement par son travail, mais surtout par sa personnalité.

Aujourd'hui, on se sent un peu orphelin, parce que pour plusieurs intervenants, artistes ou acteurs du milieu de la culture au Québec, Andréanne était un point de pivot. C’était un maillon essentiel.

Sandy Boutin, président-cofondateur du FME

Il estime qu’Andréanne Sasseville n’incarnait pas qu’une simple professionnelle des médias dans l’univers de la musique. « C’était d’encourager les artistes avant même les premiers pas », dit-il.

Il ajoute que c’est entre autres par l’entremise de la volonté d’Andréanne Sasseville que la réunion entre la formation Karkwa et l’auteur-compositeur-interprète Patrick Watson est née. « C’était, financièrement, presque impossible d’attacher tout cela et c’est la première qui a dit oui », ajoute-t-il.

Apport dans le FME

Sandy Boutin estime que l’animatrice était de ces personnes qui croient fermement aux projets des artistes, mais aussi à ceux des acteurs du milieu qui se portent davantage dans l’ombre.

« Andréanne est arrivée dans ma vie professionnelle et personnelle dans un moment charnière. Quand le festival avait trois, quatre, cinq ans d’existence et qu’on évolue dans le milieu de la culture, des rencontres comme celles-là, c’est quelque chose de marquant », explique-t-il.

De nombreuses éditions du FME ont été teintées par la présence d’Andréanne Sasseville, et ce, jusqu’à la toute fin et malgré la maladie. « Elle combattait déjà de façon très agressive son cancer qui lui donnait beaucoup de fil à retordre. Elle est venue passer l’entièreté du festival à produire, enregistrer et diffuser des émissions en direct », se souvient-il.

Sandy Boutin souhaite que le travail et la mémoire d’Andréanne Sasseville garderont une place importante dans l’univers culturel québécois.Pour écouter l'entrevue intégrale :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine