Retour

Arrêt Jordan : besoin important de juges dans le Nord-du-Québec

L'Association du Barreau canadien presse le gouvernement fédéral de remplir les sièges de juges vacants dès que possible, constatant toujours une pénurie de magistrats notamment au Québec. Si le problème ne se pose pas en Abitibi-Témiscamingue, le bâtonnier de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, Me Marc Lemay, soutient que le manque de juge est criant dans le Nord-du-Québec.

« Tout ce qui est Inuit et Cri pose des problèmes très sérieux, c'est pour ça qu'on demande des juges additionnels. Au moins deux juges itinérants qui pourraient se déplacer pour se rendre dans le nord, qui seraient probablement basés à Amos ou à Val-d'Or, mais où la situation est préoccupante », soutient Me Marc Lemay.Problème plus grandToutefois, selon lui, la nomination des juges ne suffira pas à régler le problème dans son ensemble. Il estime que des besoins en personnel sont criants, comme l’ajout de secrétaires additionnelles, de procureurs de la couronne ou davantage de membres du Directeur des poursuites criminelles et pénales additionnels, ainsi que des avocats de l'aide juridique additionnels.

C'est toute la machine qui doit être réorganisée pour respecter la décision de la Cour suprême dans l'arrêt Jordan.

Me Marc Lemay

En vertu de l'arrêt Jordan, les procès à la Cour du Québec devront se dérouler à l'intérieur d'un délai de 18 mois, contre 30 mois pour ce qui concerne les causes à la Cour supérieure.En décembre dernier, la ministre de la Justice du Québec Stéphanie Vallée avait annoncé l'embauche de 18 nouveaux juges à la Cour du Québec, de 8 nouveaux juges à la Cour supérieure, de 69 procureurs de plus et de l'ajout de 252 membres du personnel de soutien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine