Retour

Attentat de Québec : le message de fraternité d'un Québécois devient viral

Dans la foulée de l'attentat de Québec, Stéphane Lépine, un simple citoyen québécois, a voulu lancer un message de paix sur les réseaux sociaux en témoignant de l'amour fraternel qu'il a développé avec le marocain musulman Hassan Zaoui. Son témoignage vidéo a été consulté à plus d'un demi-million de reprises depuis le 30 janvier.

« Il y a de l'espoir pour un monde meilleur »

En introduction de sa vidéo, M. Lépine affirme que l’attentat de Québec l’a amené à raconter son histoire, celle de l’amitié entre « un Québécois et un Marocain, musulman, qui demeure au Maroc. Pour vous montrer que de l’amour, il y en a encore, qu’il y a de l’espoir pour un monde meilleur. »

La vidéo originale de M. Lépine, où vous pourrez constater le nombre de vues et de commentaires, se trouve ici.

De Facebook au nord du Maroc

Originaire de La Sarre, en Abitibi, et résident actuel de Saint-Gabriel-de-Brandon, M. Lépine s’est retrouvé en contact avec Hassan Zaoui par l'entremise de Facebook. Il avait publié une vidéo qui avait interpellé M. Zaoui. S’en sont suivies des discussions en privé qui ont mené M. Lépine à découvrir le quotidien du Marocain, cultivateur d’olives, de figues et de caroube.

Au fil des discussions, Stéphane Lépine raconte avoir eu envie de découvrir le Maroc. La période de la cueillette des olives, en novembre, semblait un moment propice pour y aller. Il pourrait donner un coup de main à Hassan et sa famille dans la récolte.

« Au début, les gens m’ont découragé. J’avais mes billets avec Royal Air Maroc. Je voulais y aller avec ma conjointe, mais elle avait trop peur, trop insécure. On est habitués, nous autres, d’aller à Cuba, en République [Dominicaine], dans les tout-inclus. Je la comprends. Elle ne voulait pas embarquer là-dedans. Elle m’a dit : "Je te respecte. Vas-y." Les membres de ma famille, de mon entourage, m’ont découragé et je les comprends avec tout ce qui se passe sur la planète, le terrorisme, les enlèvements, les rançons, les coupeurs de tête… J’ai cancellé mon billet d’avion », raconte-t-il.

Cependant, après avoir averti son ami Hassan de son recul, celui-ci a tenté de le rassurer. Stéphane Lépine a été convaincu. Il est revenu sur sa décision.

« Finalement, j’y ai été au Maroc. Je suis allé chez eux. Sept heures d’avion de Montréal à Casablanca. Ensuite, quatre heures de train pour aller dans le nord du Maroc pour aller jusqu’à la ville de Fès, où Hassan m’attendait. Un autre deux heures de taxi pour aller encore plus dans le nord du Maroc, dans les montagnes », résume M. Lépine.

« Une semaine de rêve »

« J’ai passé une semaine de rêve, continue-t-il. Remplie d’amour, de simplicité. Hassan n’a pas de voiture. Il a deux ânes pour aller faire les commissions, pour transporter les grosses poches d’olives. Il a une vache qui lui donne son lait. Ils font leur propre beurre, leur propre pain. J’ai mangé de la bonne bouffe, faite avec amour. J’ai eu la plus grande chambre de la maison. J’ai été traité comme un roi, j’ai été traité comme un membre de la famille. »

Hassan, aujourd’hui, ce n’est plus juste un ami Facebook, c’est un frère. Je suis un oncle pour ses enfants, je suis l’oncle québécois.

Stéphane Lépine

Manifestement, le message de Stéphane Lépine a été entendu. Plus de 500 000 vues, plus de 13 000 mentions J’aime et près de 3000 commentaires – dont plusieurs de Marocains - plus tard, on peut penser que ce témoignage vienne apposer un baume, aussi superficiel puisse-t-il être, sur de vives blessures qui ont été infligées aux communautés touchées par la tuerie de Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les animaux les plus laids





Rabais de la semaine