Retour

Augmentation des ressources indiquées du gisement Horne 5

L'entreprise Ressources Falco, qui veut exploiter le gisement Horne 5 situé directement sous l'ancienne mine Horne, a présenté une nouvelle évaluation des ressources minérales du gisement qui contiendrait plus de 3,4 millions d'onces d'or indiquées, soit une augmentation de 1,2 million d'onces d'or.

La compagnie a comptabilisé les données historiques de plus de 4 000 forages de l'entreprise Noranda de 1924 à 1976 et les résultats de ses 18 forages de 2015, pour un total de plus de 300 000 mètres de forage.

Le site contient des ressources indiquées de plus de trois millions d'onces d'or. Le vice-président aux ressources humaines et relations avec le milieu de Ressources Falco, Claude Léveillé, explique que l'ancienne mine contient aussi d'autres minéraux.

Un gisement polymétallique

« C'est un peu à l'image du gisement Horne original, explique M. Léveillé, rappelant qu'il s'agit d'un gisement polymétallique. Il contient différents métaux tels que l'or, l'argent, le cuivre et le zinc. Nous sommes une compagnie aurifère, donc ce qui nous intéresse c'est l'extraction de l'or dans ce gisement-là. Ce qu'on fait pour avoir une meilleure idée de la valeur du gisement, c'est que l'on convertit les métaux de base en or équivalent, ce qui nous donne à ce moment-là, un total au-delà de cinq millions d'onces d'or équivalent, ce qui en fait un gisement vraiment, vraiment intéressant. »

Le vice-président de Falco précise que si on ajoute les onces d'or équivalentes issues des métaux de base, le nouveau calcul de ressources indique la présence de près de 5,4 millions d'onces d'or, une augmentation de 2,6 millions d'onces d'or équivalentes que l'entreprise qualifie de « considérable ».

Plusieurs étapes avant l'exploitation d'une mine

Ressources Falco espère pouvoir exploiter le gisement à moyen terme, soit d'ici six ou sept ans. Selon Claude Léveillé, cette mise en production rapide s'explique par l'accès à différentes infrastructures déjà en place.

« Il y a plusieurs raisons à ça, explique-t-il. La première, c'est l'accessibilité à la zone minéralisée qui nous est permise par l'entreprise du puits Quémont numéro deux. Nous avons accès à ce puits-là et ce puits-là nous permet d'aller à 1 200 mètres sous terre. Ceci accélérerait rapidement notre possibilité de mise en opération [sic]. »

Ressources Falco devra cependant déterminer si l'exploitation de gisement est économiquement rentable. Elle compte à cet effet publier une évaluation économique préliminaire mise à jour, qui devrait être terminée d'ici la fin juin. Un rapport qui répond à la Norme 43-101 devra par la suite être rédigé et publié, si les résultats de l'évaluation économique préliminaire sont concluants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine