Retour

Bilan du Plan Nord : des efforts à déployer avant de ressentir les retombées en Abitibi-Témiscamingue

La société du Plan Nord, qui a fait le bilan de sa première année d'opération jeudi, estime que plusieurs projets ont été concrétisés pour mettre en place les conditions essentielles afin de profiter de la remontée prochaine du secteur minier. Certains acteurs économiques croient cependant qu'il y a encore du chemin à faire pour que les retombées se fassent sentir en Abitibi-Témiscamingue.

Avec les informations de Sandra Ataman

Des bureaux régionaux ont été mis en place à Roberval, Chibougamau, Sept-Îles et Baie-Comeau. Dix agents sont en poste sur le terrain depuis septembre 2015.

Un développement qui favorise les régions de l'Est?

Un des projets réalisés va permettre d'ouvrir l'accès au Port de Sept-Îles aux compagnies minières. Le commissaire industriel à la Corporation de développement industriel de Val-d'Or, Jean-Yves Poitras, déplore d'ailleurs que le gouvernement du Québec développe davantage de projets dans l'Est de la province.

« Le gouvernement est frileux quand c'est le temps de parler du côté Ouest de la province qui se trouve à être notre nord à nous autres, avance-t-il. Le développement minier potentiel, moi je pense qu'il est aussi fort, mais pas de même nature que ce qu'il y a dans l'Est de la province. »

Le Nord-du-Québec optimiste

Le maire de Matagami, René Dubé, est pour sa part confiant. Il croit qu'il faut laisser le temps à la Société du Plan Nord de mettre la structure en place. Celui qui siège à la Table des partenaires du Plan Nord. Selon René Dubé, le gouvernement travaille à doter les régions du Nord-du-Québec, comme Matagami, d'outils pour être partie prenante du développement. Plusieurs actions ont été réalisées, soutient-il, sans qu'elles n'apparaissent dans le bilan de la Société.

« Il y a eu des annonces pour Chapais Énergie, il y a eu des annonces pour Boréa qui est une entreprise qui va faire de l'huile essentielle à partir de la biomasse forestière. Il y a eu des annonces à Chibougamau [et] la semaine prochaine, il va en avoir à Matagami, énumère-t-il. On est en train de tranquillement prendre notre place. Dans le milieu de Matagami, ce qu'il faut comprendre aussi pour nos gens de l'Abitibi, c'est que Matagami a tout le temps été un pont naturel entre l'Abitibi, les communautés cries et le Nord-du-Québec. »

Plus d'articles

Commentaires