Retour

Bois d'oeuvre : les syndiqués d'Unifor de la région exhortent les gouvernements à sauver les emplois

Les membres du syndicat Unifor ont manifesté aujourd'hui devant l'usine Produits forestiers Résolu d'Amos afin de réclamer un accord avec les États-Unis dans le dossier du bois d'œuvre.

Avec les informations de Guillaume Rivest

Des rassemblements du genre ont eu lieu un peu partout au pays dans la journée de lundi.

Le conseiller régional de la FTQ pour l'Abitibi-Témiscamingue, Gilles Chapadeau, explique que les objectifs du rassemblement concernent les menaces par rapport à l'industrie forestière de la région.« Il y a visiblement des menaces qui nous viennent des États-Unis, [notamment] à propos d’une taxe additionnelle qui pourrait être imposée sur le bois d’œuvre. Malgré les annonces qui ont été faites tant par le gouvernement provincial que fédéral, les emplois demeurent tout aussi menacés qu’ils l’étaient. On a salué les mesures mises de l’avant, mais ça n’enlève pas cette incertitude chez les travailleurs et travailleuses », souligne-t-il.Le gouvernement doit aider les employés, dit Gilles DoucetLe directeur de l'usine de Produits forestiers Résolu à Amos, Gilles Doucet, appuie les revendications de ses employés.« C’est près de 110 millions de dollars en retombées économiques, seulement en Abitibi. Donc c’est important, pour nous ici, avec 2 600 emplois qui doivent être maintenus [dans la région] », estime M. Doucet.

Depuis le 24 avril 2017, les États-Unis imposent des droits compensateurs sur l'importation de bois d'œuvre canadien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine