Retour

Brèche dans la gestion de l'offre? Un vent de panique se fait sentir en Abitibi-Témiscamingue

Le président du Syndicat des producteurs de lait de l'Abitibi-Témiscamingue, Gabriel Rancourt, est inquiet des conséquences d'une plus grande ouverture du marché canadien du lait aux Américains.

Selon ce qu'a appris CBC, le Canada offrirait une part de « 9 % à 10 % » de son marché aux produits laitiers aux Américains.

Selon Gabriel Rancourt, les producteurs laitiers de l'Abitibi-Témiscamingue seraient affectés par cette situation. « On a eu une conférence téléphonique à ce sujet là, parce que les producteurs sont très très insatisfaits [...] à un moment donné, on ne peut pas jouer de même avec la gestion de l'offre! On ne peut pas tout le temps absorber les pertes comme ça continuellement, on a pas mal de travail chacun chez nous, là! »

Ce qui inquiète aussi Gabriel Rancourt, c'est le nombre de fermes laitières qui ont cessé la production en Abitibi-Témiscamingue en quelques mois seulement. « Je suis certain que, depuis six mois, il en est sorti six, sept, certain! Puis d'habitude, il en sort deux par année, estime-t-il. Les producteurs, ils ne sont pas contents pantoute, ça n'a pas de bon sens! »

Gabriel Rancourt ne peut pas confirmer que ces arrêts de production sont directement liés aux négociations du Partenariat transpacifique. Cependant, il croit fortement que les circonstances ont pu précipiter la décision d'agriculteurs en fin de carrière et sans relève. 

Le ministre fédéral de l'Agriculture, Maxime Bernier, avait déjà promis que le système de la gestion de l'offre ne serait pas touché.

Plus d'articles

Commentaires