Retour

C'est parti pour la traversée du Canada à vélo de deux Rouynorandiens!

Les Rouynorandiens Hugo Taddio-Audet et Jérémie Darcy ont pris la route samedi dernier sur un vélo qu'ils ont construit eux-mêmes pour se rendre jusqu'à Vancouver en Colombie-Britannique, une épopée de 4000 kilomètres qui a commencé avec quelques petits pépins, mais qui promet aux deux aventuriers de belles rencontres. 

Un article d'Émilie Parent-Bouchard

Après avoir fait de nombreuses excursions de canot-camping, les deux amateurs de plein air voient grand. Ils ont mis une partie de l'année à construire leur vélo assis deux places pour ce périple dont le coup d'envoi a été donné le samedi 21 mai dernier.

Déjà, la route offre son lot de surprises, notamment ce « lousse » dans la pièce qui fixe au vélo une petite remorque qui contient le nécessaire pour camper à la belle étoile et préparer « des pâtes avec de la sauce, et des pâtes avec la sauce, et encore des pâtes avec de la sauce ». 

« On s'est réparés, lance fièrement Hugo Taddio-Audet. Mais on a manqué de pièces un peu et mon oncle est venu nous porter des pièces et après, à Cochrane, on a arrêté au Canadian Tire et on a récupéré les pièces [de rechange] dont on avait besoin et là on est partis pour la gloire! »

La gloire, mais pas trop vite!

Ceux dont on peut suivre le périple sur les réseaux sociaux profitent tout de même de petits moments de détente. Comme ce campement érigé sur le bord des chutes de Smooth Rock Falls, en Ontario. Ou encore de ce dîner qui s'étire dans une halte routière. 

C'est que si la cadence moyenne du duo est d'une cinquantaine de kilomètres par jour soit un peu moins que ce qu'ils avaient planifié, les gars jouent tout de même de prudence.

« On y va mollo parce qu'on ne s'est pas vraiment entraînés avant et on prévient les blessures, explique Hugo Taddio-Audet. On s'étire comme du monde. On va probablement prendre un break à Hearst où on prévoit arriver samedi. On va prendre dimanche off pour prendre une bonne journée de repos pour traverser le parc de l'autre bord. »

Un cortège qui ne passe pas inaperçu

Le vélo deux places, qui doit faire un peu plus de cinq mètres de long avec la remorque, ne passe pas inaperçu. Mais Hugo Taddio-Audet assure que les gens qui croisent sa route, qu'ils veuillent prendre une photo, essayer le bolide ou klaxonnent d'encouragements, sont généreux. 

« [Les gens] sont sympathiques. Ils nous offrent des cafés dans les Tim Hortons. À Cochrane, [on nous a donné] un sac de glace, un quatre litres d'eau [en nous souhaitant :] ''bonne chance, les boys!'' », soutient Hugo Taddio-Audet, ajoutant que plusieurs sont « hypnotisés par le bécyk » et le filment même lorsqu'ils le dépassent sur la route. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine