Retour

Cartographier les champignons sauvages de la forêt boréale

Des chercheurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) sont présentement en Abitibi-Témiscamingue pour travailler sur un projet de recherche sur les champignons sauvages.

Avec les informations d’Émélie Rivard-Boudreau

Pendant deux semaines, quatre équipes de chercheurs collecteront des données et recueilleront des échantillons de sol en forêt.En laboratoire, ils détecteront l'ADN d'une variété de champignons sauvages pour ensuite cartographier leurs découvertes.Le professeur-chercheur et directeur du Groupe de recherche en biologie végétale à l'UQTR, Hugo Germain, effectuait une collecte dans le secteur de Cadillac aujourd'hui.

Créer des cartesM. Germain explique que cet exercice d’identification a pour but de créer des cartes pour les compagnies de cueilleurs.

« Au lieu de chercher les champignons un peu au hasard, dit-il, ils vont pouvoir acheter les cartes, puis se diriger avec des informations où se trouvent les champignons et où ne se retrouvent pas les champignons sur le territoire, en fonction des espèces qu'ils recherchent », fait valoir le professeur.

Bénéfique pour la provinceEn deux semaines, les quatre équipes de chercheurs auront échantillonné près de 300 sites de la région.Hugo Germain affirme que les résultats de la recherche pourront néanmoins profiter aux cueilleurs de champignons de partout dans la province.« On fait essentiellement la région de Val-d'Or, la région de Rouyn-Noranda et [le territoire de] Timiskaming First Nation, mais les peuplements qu'on choisit, ce sont des peuplements qui sont représentatifs d'autres régions au Québec. De l'épinette blanche, il n'y en a pas juste ici, il y en a partout dans la forêt boréale, donc nos données vont être bonnes pour la région de Québec, de la Haute-Mauricie et de la Mauricie. Tout ce qui est sapinière et bouleau jaune, ça couvre quand même assez large, soit une bonne partie du territoire », soutient Hugo Germain.Le projet de recherche est financé par l'entreprise Progigraph, de Val-d'Or, et de la communauté Timiskaming First Nation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine