Retour

Chaînes humaines devant plusieurs écoles en Abitibi-Témiscamingue

Après la grève du tiers des enseignants du Québec, hier, c'est au tour des parents, aujourd'hui, de protester contre la réduction des services aux élèves dans les écoles. Des enseignants et des employés de soutien les ont accompagnés ce matin pour former des chaînes humaines autour de près de 350 écoles du Québec, dont cinq de la région.

Sandra Ataman s'est rendue ce matin à l'école Papillon d'Or de Val-d'Or.

Avec les informations de Sandra Ataman

Une trentaine de parents, d'enseignants et même d'élèves se sont présentés ce matin à l'école Papillon d'Or. Ils étaient moins nombreux que lors de la dernière action de chaîne humaine organisée le mois dernier. C'était tout de même important pour les parents présents de former cette chaîne humaine pour dénoncer les compressions dans le secteur de l'éducation. Les parents disent constater les conséquences de ces compressions.

« Je viens de faire la chaîne humaine pour les professeurs », a affirmé Liane Lortie, une élève de 5e année à l'école alternative Papillon d'Or de Val-d'Or. Comme une trentaine de parents, de professeurs et d'élèves, elle a fait une chaîne humaine devant son école.

« Je pense que le mal est en partie déjà fait », lance pour sa part l'enseignante Annie Dénommé. Elle ajoute qu'elle constate chaque jour les compressions dans les services aux élèves. « On vit depuis longtemps avec les coupes de toutes sortes mais qu'est-ce que ça va donner ? J'ai peur. Je pense que ça va faire mal », craint-elle.

Comme plusieurs parents au Québec, Madeleine Tremblay se sent concernée. « C'est surtout parce que ça nous touche directement via nos enfants, de savoir qu'il va y avoir des coupures, qu'il va y avoir des changements qui vont nous affecter aussi et affecter leur éducation. On espère que ce soit considéré, que ça serve d'exemple et qu'on en tienne compte », souhaiteMadeleine Tremblay, une mère qui participait à l'action.

Même son de cloche pour Sonia Plouffe qui est accompagnée de son père Michel. « Je suis très fière de voir que mes parents s'impliquent et se sentent touchés. C'est le message que j'essaie de lancer par ma présence ici que c'est très important de soutenir les professeurs en particulier et l'éducation en général », dit-elle. « J'ai des petits-enfants et je trouve ça important leur éducation pour l'avenir. Avec les coupes qu'ils font dans le système, moi, ça me fait peur », explique Michel.

Les parents de l'école Papillon d'Or de Val-d'Or se donnent rendez-vous, en novembre, pour manifester leur solidarité envers les écoles publiques une nouvelle fois.

Au Québec, plus de 350 écoles ont participé au mouvement.

Plus d'articles

Commentaires