Retour

Claire Bolduc affirme qu'il y a une insatisfaction à l'égard du système de santé dans la région

La nouvelle rupture de service en anesthésie d'une semaine à compter de dimanche 4 mars à l'hôpital de Ville-Marie inquiète la préfète du Témiscamingue Claire Bolduc.

Un texte de Boualem Hadjouti

Elle se dit préoccupée par l'inaction et le silence des dirigeants du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue.

Elle affirme qu'il y a une grande insatisfaction à l'égard du système de santé dans la région.

D'ailleurs, elle compte interpeller le ministre de la Santé Gaétan Barrette et les responsables du CISSS à ce sujet.

« Moi, je lis les obligations du ministère de la Santé à l'endroit de la population, je lis les obligations du CISSS A-T à l'endroit de la population, et dans les deux cas, la façon dont on nous offre les soins de santé en ce moment, la façon dont la population du Témiscamingue est desservie, on ne rencontre ni les obligations du ministère ni les obligations du CISSS A-T, dit-elle. On est largement en deçà des obligations minimales et du ministère et du CISSS et ça, on a le devoir de le dénoncer. »

Selon Claie Bolduc, plusieurs personnes de l'Abitibi-Témiscamingue discutent actuellement en vue d'une action collective pour exiger l'amélioration de la qualité des services de santé.

En fin de semaine, il était impossible de joindre les responsables du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité