Retour

Colère et solidarité chez les policiers de Val-d'Or

Les policiers de la Sûreté du Québec de Val-d'Or sont en colère. Par solidarité corporative avec leurs confrères qui font l'objet d'une enquête, ils ont refusé de travailler au cours de la fin de semaine et ont lancé une pétition demandant des excuses à la ministre Lise Thériault. 

Plusieurs personnes, policiers et citoyens, adoptent également un avatar Facebook arborant le nombre 144, en guise de solidarité avec les policiers du poste 144 de Val-d'Or.

Des congés de maladie

Un seul policier du poste 144 a accepté de commenter la situation, sous le couvert de l'anonymat. Il ne fait pas partie des huit policiers faisant l'objet d'une enquête.

Celui-ci nous a d'abord confirmé qu'aucun des policiers du poste de Val-d'Or ne s'était rendu au travail au cours du week-end. Il a expliqué que c'est la colère résultant du sentiment de ne pas être appuyés par leur employeur qui les a poussés à agir ainsi. Cette colère, tout comme le climat tendu entre eux et la population ne les rendait pas aptes à bien effectuer leur travail, ajoute-t-il. C'est pourquoi ils ont tous pris des congés de maladie, dont certains étaient appuyés de billets de médecin.

Des policiers de la Sûreté du Québec affectés ailleurs en Abitibi-Témiscamingue ont été appelés en relève à Val-d'Or.

Le policier a également confirmé que, depuis vendredi, ses confrères et lui se font adresser de nombreuses insultes sur le terrain. Ces insultes qui font particulièrement allusion aux allégations d'agressions sexuelles.

Les citoyens divisés

La population est manifestement divisée en ce qui concerne la réaction des policiers de Val-d'Or. Voici l'opinion de certains citoyens rencontrés au centre-ville.

Plus de 800 signatures pour une pétition 

Les policiers ont également lancé une pétition sur le web demandant à la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, de s'excuser.

À midi, lundi, une pétition avait récolté plus de 800 signatures, dont une grande partie de policiers et citoyens d'Abitibi-Témiscamingue.

Indignation sur Facebook

Par ailleurs, une vague d'indignation déferle sur les comptes Facebook de nombreux policiers de la région, ainsi que de sympathisants. Ils adoptent tous comme photo de profil une image montrant le chiffre 144, en référence au Poste 144 de la Sûreté du Québec de Val-d'Or.

Une commission d'enquête

Le président de l'Association des policiers provinciaux du Québec, Pierre Veilleux, s'est rendu à Val-d'Or pour rencontrer les policiers de la région. Par voie de communiqué, l'APPQ a fait savoir qu'elle soutient la tenue d'une commission d'enquête fédérale.

« Les enquêtes vont se poursuivre, respectons nos institutions chargées d'étudier et d'analyser le travail des policiers et concentrons-nous plutôt comme société à trouver des solutions viables pour des personnes vulnérables. À cet égard, nous sommes favorables à la tenue d'une commission pan canadienne chargée d'étudier cette problématique », peut-on lire aussi.

Pierre Veilleux affirme qu'il entend défendre ses membres.

Le syndicat des policiers affirme que les problèmes sociaux des communautés autochtones dépassent les fonctions des policiers. Il souhaite que la direction de la SQ et le ministère de la Sécurité publique conviennent publiquement que les policiers font un excellent travail.

Pierre Veilleux encourage les policiers de Val-d'Or à reprendre leurs fonctions. « Il faut qu'il y ait des debriefings qui se fassent. Il faut qu'il y ait des rencontres [avec des] psychologues qui se fassent. Il y a peut-être des gens qu'on [devra] encadrer un peu plus, souligne-t-il, et moi je veux continuer à encourager les policiers à faire leur travail parce que ce sont des bons policiers, ce sont des gens professionnels. Il peut y avoir des écarts de conduite, ça va être traité par des enquêtes et on verra après. »

Des caméras seront installées dans les autopatrouilles

La Sûreté du Québec a confirmé que les véhicules des policiers de Val-d'Or seront munis de caméras à partir de décembre. Les effectifs seront également renforcés dans le cadre d'un projet pilote, qui impliquera davantage les travailleurs sociaux.

Le ministre responsable des Affaires autochtones du Québec, Geoffrey Kelly, doit rencontrer les chefs autochtones mardi. En entrevue à 24/60, le ministre admet qu'il y a un problème de racisme dans notre société. Mais il insiste aussi sur le fait que plusieurs personnes qui travaillent avec les Autochtones font bien leur travail. M. Kelly dit qu'il faut « nuancer » certains propos.

Concernant la question du racisme systémique, Geoffrey Kelly s'en remet au gouvernement fédéral de Justin Trudeau qui a promis de faire enquête sur les femmes autochtones assassinées et disparues.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine