Retour

Commission Viens : Le rapprochement des peuples passe par l’éducation et la discussion

Le manque d'éducation de la culture autochtone a été l'un des points avancés à la Commission Viens, mercredi matin, à Val-d'Or.

Un texte de Jocelyn CorbeilLa professeure titulaire et directrice du programme en études autochtones au Département d'anthropologie de l'Université de Montréal, Marie-Pierre Bousquet et l'intervenant culturel à Pikogan, André Mowatt, ont été entendus à la Commission sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.

Ils ont effectué un témoignage commun de près de deux heures.Il a été question, entre autres, de la culture autochtone et de la vision différente du système judiciaire.Pour André Mowatt, le rapprochement des peuples passe par l'éducation et la discussion.

Se réapproprier l’histoireL'une des recommandations de la professeure Marie-Pierre Bousquet est de donner accès aux Autochtones à leur propre histoire.

« Eux-mêmes ont souvent eu des parents, surtout ceux qui sont passés par les pensionnats, qui n'étaient pas fiers du tout de ce qu'ils étaient parce qu'ils avaient appris à avoir honte », ajoute Mme Bousquet.« Il fallait qu'ils deviennent comme les allochtones et ils ont transmis cette idée-là à leurs enfants. C'est tout un travail qu'il y a à faire dans les communautés, un travail de restauration de la fierté identitaire », ajoute-t-elle.La Commission sur les relations entre les Autochtones et certains services publiques continue de siéger à Val-d'Or jusqu'au 20 avril et se rendra au courant des prochaines semaines dans la région de la Côte-Nord.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine