Retour

Commission Viens : plaidoyer pour une collaboration accrue des institutions de lutte à la discrimination

L'enjeu du profilage et de la discrimination systémique a retenu l'attention jeudi matin à la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.

La directrice de l’Observatoire sur les profilages, Céline Bellot, a notamment plaidé pour une collaboration accrue des institutions publiques. Elle soutient que certaines d’entre elles sont encore réticentes à faire un travail d’introspection.

Mme Bellot soutient que les services publics devraient pourtant collecter systématiquement des informations sur l’origine ethnique des citoyens avec qui ils transigent. Cette pratique permettrait de mieux connaître la réalité pour mettre en place des mesures correctives.

Or, plusieurs institutions seraient réticentes et justifieraient leur refus pour des raisons légales. Le procureur du Service de police de la Ville de Montréal a d’ailleurs questionné la chercheuse à la fin de son témoignage sur cet enjeu, laissant sous-entendre qu’il ne croyait pas qu’il serait légal que les policiers collectent des informations sur l’origine des citoyens auprès de qui ils interviennent.

« Je pense qu’il n'y a pas d’arguments légaux contre, martèle Mme Bellot. La réticence vient en raison des risques des résultats. Du coup, on utilise l’argument légal. La réticence vient du fait que peut-être que si je cueille des données, je vais constater que j’ai des pratiques discriminatoires. »

Selon elle, si la collecte se fait de manière « universelle » et rigoureuse, il n’y aurait aucune problématique. Elle a suggéré que des questions soient ajoutées dans les formulaires de collecte de renseignements personnels.

Selon Céline Bellot, il est pourtant commun que les institutions se questionnent sur l’origine de leur salariés. « Il y a un choc à se faire révéler qu’on ne ferait pas tout ce qu’on devrait faire de la bonne façon, mais passé ce choc, il y a beaucoup moins de résistance à mettre en place des mesures de correction », a-t-elle expliqué.

La professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université McGill, Colleen Shepard, a quant à elle témoigné sur l’importance d’analyser les politiques et pratiques des services publics pour endiguer le racisme systémique.

Plus d'articles