Retour

Consommation d'alcool moins fréquente mais en plus grande quantité en Abitibi-Témiscamingue

Plus de la moitié des gens de l'Abitibi-Témiscamingue affirment voir bu avec excès au moins une fois au cours des derniers 12 mois selon une étude réalisée par CROP pour le compte d'Éduc'alcool. C'est 9 % de plus que la moyenne québécoise. Cette enquête est la plus vaste réalisée sur les Québécois et l'alcool. Elle donne un portrait détaillé région par région.

Avec les informations de Sandra Ataman

« Moi j'aime ça boire, ça fait que j'en fais des excès », admet Josée Routhier qui fait partie des gens qui affirment boire sans modération à l'occasion. « Une fois de temps en temps, c'est sûr que je dépasse les bornes, mais j'adore ça et j'assume les conséquences le lendemain matin, c'est tout », lance-t-elle en riant.

Elle n'est pas la seule. L'enquête d'Éduc'alcool démontre que les gens de la région boivent de l'alcool moins régulièrement, mais de manière plus excessive. « Il existe un pourcentage de gens qui consomment trop par occasion, mais si on buvait la même quantité d'alcool, mais en la répartissant sur différents jours de la semaine plutôt que de la concentrer sur un ou deux jours, on améliorait de manière considérable la situation », estime le directeur-général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy.

Toujours selon l'enquête, une plus faible proportion de gens de la région ont conduit un véhicule après avoir pris de l'alcool qu'ailleurs au Québec au cours de la dernière année. Mais pour certains qui ont conduit avec les facultés affaiblies, les conséquences sont grandes. Un Valdorien qui a préféré l'anonymat confie qu'il a perdu son permis. « On va passer à travers. Là, j'ai plus de misère. C'est sûr que l'alcool j'ai baissé ça, alors on va continuer à vivre », dit-il.

L'étude d'Éduc'alcool a permis d'identifier de grandes différences d'une région à l'autre. Ce vaste portrait va permettre d'adapter le message de sensibilisation pour le rendre plus efficace.

Daniel Boisvert, gestionnaire à la direction du programme santé mentale et dépendance du Centre intégré de santé et de services sociaux d'Abitibi-Témiscamingue, voit du positif dans les résultats de cette étude.

Voici les entrevues complètes accordées par Daniel Boisvert et Hubert Sacy à l'émission Le Radio-Magazine.

Plus d'articles

Commentaires