Retour

D'anciens élèves de la Polyvalente Le Carrefour aident leur prochain à passer à travers le stress de la période des examens

Depuis la mi-mai, d'anciens étudiants de la Polyvalente Le Carrefour de Val-d'Or ont aidé les élèves de 3e à 5e secondaire à se préparer pour la période des examens. Le Projet-T initié par une ancienne étudiante a pour objectif de permettre aux jeunes de Val-d'Or de redonner à la communauté, même s'ils en sont éloignés pour les études.

D'après une entrevue d'Annie-Claude Luneau

Le Projet-T a été imaginé il y a deux ans par Carlie Boisvert, étudiante en sciences biomédicales, option neuroscience à l'Université d'Ottawa. La jeune femme dit s'être inspirée de son propre parcours scolaire pour mettre sur pied cette initiative.

« J'ai eu un secondaire qui n'était pas nécessairement le plus rose, fait-elle valoir. [Mais], j'ai réalisé que l'éducation post-secondaire peut changer le futur d'une personne et que ce n'est pas tout le monde qui a l'encadrement propice et adéquat pour pouvoir réussir aux [études supérieures]. Donc, en permettant à des gens qui sont au secondaire de côtoyer des gens qui sont au cégep ou à l'université, on peut aussi créer une ambiance avec des modèles et on peut vraiment les encourager à poursuivre sur cette voie. »

Un projet qui fait des petits

De bouche à oreille, Projet-T a réussi à recruter sept tuteurs en chimie, physique, français, en sciences, en mathématiques et en histoire. Ces tuteurs sont jumelés à des enseignants qui peuvent les renseigner sur les besoins de chaque élève. Chemin faisant, d'autres étudiants originaires de Val-d'Or ont manifesté de l'intérêt pour se joindre aux prochaines éditions du projet.

« J'ai même des élèves qui m'ont dit que grâce à cette aide, ils ont réussi leurs examens de fin d'année, qu'ils n'auraient pas nécessairement réussis sans ce projet, indique Carlie Boisvert, qui offre du tutorat en chimie et en sciences. Donc, je suis vraiment contente qu'on ait eu un impact envers les élèves », poursuit celle qui cite par exemple de groupes de tutorat en mathématiques de 20 à 25 étudiants.

La fondatrice de Projet-T a même réussi à convaincre l'Université d'Ottawa d'octroyer des bourses scolaires aux tuteurs, une manière de reconnaître ce geste de promotion des études post-secondaires.

Changer le parcours des élèves

« La différence est vraiment que les [tuteurs] sont passés par là, ils ont déjà été élèves avant. Donc, on sait vraiment comment expliquer aux élèves, comment leur enseigner, parce qu'on aurait peut-être aimé quand on était là se faire expliquer de cette manière-là. »

Le Projet-T devrait revenir dans la Vallée-de-l'Or au printemps prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine