Retour

De l'Europe à Rouyn-Noranda : la 8e biennale d'art performatif commence ce soir

La huitième biennale d'art performatif de Rouyn-Noranda, présentée à L'Écart, lieu d'art actuel, commence aujourd'hui. Geneviève Crépeau et Matthieu Dumont assument la direction de l'événement. Plus d'une douzaine de performances seront présentées les 12, 13, 14 et 15 octobre par des artistes venus d'Europe, comme de la région.

Geneviève Crépeau n'a aucune hésitation à souligner que « la biennale, c'est vraiment un événement hors norme, il ne faut pas avoir peur de le dire ». Elle ajoute que « c'est un événement qui représente les arts vivants. L'orientation de notre festival, on l'a voulue interdisciplinaire. On va chercher beaucoup des artistes qui vont travailler à la limite de la discipline. »

Certaines performances sont nécessairement déstabilisantes. « Les artistes de la performance, ce sont des êtres extrêmement libres, explique Geneviève. Même nous, souvent, on présente, mais on ne sait pas ce qui va se passer. C'est arrivé qu'ona présenté des performances plus difficiles que d'autres. On n'est pas toujours obligés de rester dans la salle, il n'y a pas de gêne. »

Au cours des dernières années, peintres et danseurs ont côtoyé des artistes du théâtre, de la poésie, du spoken word ou encore du cinéma dans le cadre de l'événement.

Geneviève et Matthieu peuvent recevoir jusqu'à une centaine de dossiers d'artistes intéressés à participer à la biennale pour chaque édition, et ce, des quatre coins du monde. Cette année, des artistes d'Allemagne, jusqu'aux Pays-Bas, en passant par Paris, Montréal et l'Abitibi-Témiscamingue seront présents.

Le duo mise sur la qualité d'accueil pour ouvrir les portes de la région à leurs invités. « Je pense que c'est la qualité des gens d'Abitibi tout simplement. On fait partie de ce mouvement-là », croit Geneviève Crépeau.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque