Découvrir le Nunavik tout en travaillant. C'est l'expérience qu'a vécue Dominic Léonard qui s'est rendu dans quatre communautés nordiques pour faire le Recensement 2016.

Un article de Karine Mateu

L'expérience qu'a vécue Dominic Léonard est une expérience de travail unique puisqu'elle lui a permis, tout en travaillant, de visiter en peu de temps plusieurs des communautés du Nunavik peu accessibles.

Son contrat d'un mois et demi lui a permis de parcourir les villages d'Aupaluk, de Kangirsuk, de Quaqtaq et de Kangiqsujuaq.

La chaleur des gens

Il y a une préparation avec les communautés qui se fait avant l'arrivée des équipes du Recensement et cela se fait avec l'aide des agents de liaison, des gens issus des communautés.

Les habitants sont donc avisés de la venue des agents de Recensement et l'accueil est très chaleureux explique la directrice adjointe responsable de la collecte de données au Québec pour le recensement 2016, Louise Gosselin.

Le sourire, c'est aussi ce qu'a constaté Dominic Léonard qui a même joué au hockey, à plusieurs reprises, avec les gens des communautés.

S'adapter au froid et au blizzard

L'un des premiers chocs qu'a vécus Dominic Léonard est le froid. Par contre, ce qui est plus contraignant, ce sont les blizzards.  Pendant son séjour, à deux reprises le blizzard a perturbé les déplacements pendant plusieurs jours.  Il était alors impossible pour les avions d'attérir ou de décoller.

Ces blizzards provoquent aussi des difficultés d'approvisionnement pour les communautés.

L'hébergement est aussi un défi, mais les communautés sont très aidantes, mentionne Louise Gosselin.  Lorsque les petits hôtels des communautés ne peuvent suffire à la demande, certaines familles dans la communauté accueillent les agents.

Plus d'articles

Commentaires