Retour

Délais de traitement des signalements dans les centres jeunesse : 39 jours d'attente pour les cas jugés non-urgents

C'est au tour du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) de dénoncer les délais de traitement des signalements dans les centres jeunesse.

Avec les informations de Claude Bouchard

Hier, la CSN a dévoilé des données pour chacune des régions du Québec. En Abitibi-Témiscamingue, il faut attendre en moyenne 39 jours entre le traitement d'un signalement et un premier contact avec un intervenant du centre jeunesse selon les données 2014-2015.

Le conseiller au SCFP pour l'Abitibi-Témiscamingue, Stéphane Lachance, dit toutefois comprendre que le territoire de la région est vaste.

« Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'il y a des normes. Il y a une norme provinciale qui demande aux intervenants de faire en moyenne 50 interventions par année, indépendamment du kilométrage que les gens ont à faire pour se déplacer et aller faire leur intervention, précise-t-il. L'Abitibi, c'est 24 000 kilomètres carrés [pour] 50 interventions. Montréal, c'est 860 kilomètres carrés [pour les mêmes] 50 interventions. »

Le DPJ nuance ces données

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a tenu à nuancer les données de la CSN puisqu'il existe deux catégories de durées moyennes qui sont analysées. La durée moyenne de traitement des signalements et la durée moyenne entre la rétention des signalements et le moment où une intervention est réalisée.

Le directeur de la protection de la jeunesse (DPJ), Philippe Gagné, précise qu'au moment d'un signalement, lorsqu'une situation est urgente, le délai de huit jours prescrit par les exigences ministérielles est respecté.

« Il faut distinguer deux choses. La première étape, c'est de déterminer les signalements que l'on retient pour une évaluation. Ces signalements-là, nous atteignons tout à fait la cible, fait-il valoir. Ce sont les signalements pour lesquels il y aura une évaluation du [Directeur de la protection de la jeunesse] (DPJ). Nous atteignons une cible de 8,4 jours de traitement. Ce sont les signalements pour lesquels nous ne retenons pas pour évaluation qui sont plus longs. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine