Retour

Dépôt du rapport de la Commission Charbonneau : les liens avec l'Abitibi-Témiscamingue

Le rapport très attendu de la Commission Charbonneau a été rendu public et formule 60 recommandations pour empêcher la collusion et la corruption dans l'attribution des contrats dans l'industrie de la construction au Québec. Ce rapport de plus de 1000 pages contient quelques mentions de situations survenues en Abitibi-Témiscamingue.

On apprend notamment dans le rapport qu'à la fin de la décennie 2000, le propriétaire de deux entreprises de construction était impliqué dans un réseau de trafic de stupéfiants avec l'assentiment des Hells Angels. Selon la Commission, ce même propriétaire aurait eu recours à l'intimidation et à la violence pour éliminer les entreprises concurrentes.

La Commission Charbonneau s'est également attardée à l'utilisation par des organisations criminelles, d'entreprises du domaine de la construction pour développer et maintenir des marchés de vente de stupéfiants.

Le projet d'enquête Écrevisse à Val-d'Or et dans le reste de l'Abitibi-Témiscamingue a aussi été cité.

Le document fait également état du témoignage de l'économiste Martin Comeau qui a démontré que dans plusieurs régions du Québec, un petit nombre d'entrepreneurs se partageaient une part importante de contrats d'asphaltage.

À titre d'exemple, les entreprises Sintra et Norascon qui ont obtenu 91% des contrats en Abitibi-Témiscamingue entre 1997 et 2012.

L'équipe d'ICI Abitibi-Témiscamingue a tenté de joindre ces deux entreprises pour obtenir leurs réactions au rapport de la commission.

La Commission Charbonneau mise sur pied en 2011 devait exposer les problèmes entourant l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction.

Plus d'articles

Commentaires