Retour

Dépotoirs sauvages : une mauvaise habitude qui persiste

Malgré de nombreux efforts de conscientisation, l'Abitibi-Témiscamingue est toujours aux prises avec des problèmes de dépotoirs illégaux.

Un texte de Guillaume Rivest

Dans les bordures des petites routes isolées de la région, on retrouve fréquemment des déchets laissés par des citoyens, parfois même près des écocentres, alors que ceux-ci acceptent gratuitement la plupart des déchets.

La chargée de projet au Conseil Régional en Environnement de l'Abitibi-Témiscamingue (CREAT), Sophie Laliberté, s'indigne de trouver encore régulièrement des dépotoirs illégaux dans la région.

« Bon là, je vois devant moi un bain, un chauffe-eau. Tout à l'heure, on a vu un divan, un sofa, etc. », explique-t-elle, devant des amas de déchets.

Sensibilisation et prévention

Mme Laliberté croit qu'il s'agit d'un problème d'éducation.

Le directeur du service de l'environnement de la MRC de la Vallée-de-l'Or, Marco Veilleux, précise que l'on retrouve des déchets aux mêmes endroits année après année.« Il y a des endroits typiques qu'on garde à l'œil parce qu'on le sait que c'est un dépotoir naturel pour les citoyens. Il y a des habitudes qui ont été créées. Dès qu'il y a des déchets qui ont été déposés, il y'en a d'autres qui arrivent par après », explique M. Veilleux.

Une conscientisation qui évolueSelon la coordonnatrice à la gestion des matières résiduelles de Rouyn-Noranda, Marie-Josée Bart, la Ville a tout mis en place pour éviter la création de nouveaux dépotoirs.Selon elle, les mentalités ont toutefois évolué depuis quelques années.

Les impacts de ces dépotoirs illégaux sont bien réels selon le CREAT.Certains déchets peuvent contaminer des sols pour plusieurs centaines d'années et même contaminer la nappe phréatique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine