Retour

Dernière journée de travail du PDG du CISSS-AT, Jacques Boissonneault

Ce vendredi marque le dernier jour en poste du président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Jacques Boissonneault, qui occupera désormais le poste de directeur de l'Hôpital Shriners de Montréal. Il demeure cependant dans la région quelques jours afin de transmettre les commandes à son successeur.

Émotif lors de son passage à l'émission Des matins en or, Jacques Boissonneault indique qu'à son retour en région en 2011, il s'était fixé l'objectif d'améliorer l'organisation des services.

« J'aime beaucoup la région et mon objectif premier [en revenant m'y établir], c'était de faire de nos neuf établissements à l'époque et de l'Agence un meilleur réseau, fait valoir M. Boissonneault. J'ai toujours été impressionné et fier du modèle d'organisation des services dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue. Avec le partage des responsabilités, c'est un modèle qui est propre à nous en passant et je voulais juste qu'on aille une coche plus loin, travailler davantage en réseau. »

Continuer à s'affirmer en tant que région dans la définition du modèle de services

Celui qui a guidé les grandes transformations dans le réseau ces deux dernières années affirme que la réforme du Dr Barrette poursuit les mêmes objectifs. Jacques Boissonneault soutient que même si les orientations stratégiques sont dictées par le ministre, la région a su mettre ce nouveau modèle à sa main.

« Vous savez, l'Abitibi-Témiscamingue ne dit jamais son dernier mot et on a modulé énormément, dans le sens où on fait les choses à notre façon, rappelle-t-il. On les adapte à nos réalités, à nos cultures et j'ai eu un long échange avec le conseil [d'administration dans lequel] je leur disais l'importance de préserver le modèle régional d'organisation des services, l'importance de veiller au grain pour ce qui est des services de proximité. »

Il ajoute que ce dernier point devra faire l'objet d'un suivi étroit par son successeur.

Plus d'articles

Commentaires