Retour

Des auteurs abitibiens au Salon du livre de Montréal

Quelques auteurs de l'Abitibi-Témiscamingue ou originaires de la région participent au Salon du livre de Montréal cette fin de semaine. 

Madeleine Arcand, Sylvie Brien, Sonia Cotten, Marie-Milllie Dessureault, Karine Drouin, Stéphane Laroche et Léandre Normand font partie des auteurs abitibiens présents au Salon du livre de Montréal cette fin de semaine.

Madeleine Arcand, native de Rouyn-Noranda, y présente son livre d'initiation au voyage pour enfants Lulu, Lila et la plume qui plane, publié aux éditions Ulysse. Dans ce premier livre, Madeleine Arcand y présente les photos qu'elle a prises de dix pays. Les enfants peuvent ainsi positionner des autocollants au pays approprié.

Stéphane Laroche, qui a fait sa marque comme auteur jeunesse, participe régulièrement au Salon du livre de Montréal. Pour cette édition, il y présente son premier roman pour adultes Auberge mélancolie

« C'est vraiment un bain de foule incroyable! Montréal, c'est différent des autres salons aussi, c'est grand, c'est immense! Ce qui m'emmène ici, c'est les rencontres qu'on fait dans les salons du livre. Ça donne une motivation à l'écriture, c'est vraiment enrichissant. Qu'ils repartent avec le livre ensuite ou qu'ils ne repartent avec le livre, peu importe, l'idée c'est de jaser d'écriture, des personnages, de ces histoires », fait remarquer l'auteur. 

L'auteur Léandre Normand, aussi connu pour être le père fondateur du Tour de l'Abitibi et du Club des gauchers, y fait la promotion de sa troisième édition de La glorieuse histoire des Canadiens. Sylvie Brien, originaire d'Amos, est aussi sur place. 

Absence Éditions du Quartz

Les Éditions du Quartz ne peuvent pas participer Salon du livre de Montréal pour des raisons financières. Les coûts du kiosque et du déplacement ne rendent pas encore rentable le déplacement pour la maison d'édition régionale. Ce projet pourrait cependant se concrétiser l'an prochain. 

« C'est effectivement dans nos objectifs. Ça été justement une des raisons pour laquelle on a lancé une campagne de financement pour avoir une fondation, qui nous permettrait d'assurer ce type de développement, mais également d'être présents dans certains où se vendent les droits d'auteurs en France ou à Toronto pour les droits de traduction, de façon à faire connaître nos auteurs le plus largement possible dans la francophonie et dans le reste du Canada », indique le président des Éditions du Quartz, François Ruph.

Les Éditions du Quartz envisagent également de s'associer à d'autres maisons d'édition pour partager les frais des salons du livre d'envergure comme celui de Montréal. 

Plus d'articles

Commentaires