Retour

Des billots de bois vieux de 100 ans récupérés par une entreprise du Témiscamingue

Une nouvelle entreprise de la région a décidé de revaloriser les billots de bois perdus durant l'époque de la drave. Récupération CS Beaulé a obtenu son certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement récemment.

L'entreprise a déjà revalorisé près de 600 billots abandonnés dans le fond des lacs. Le propriétaire de l'entreprise, Stéphane Beaulé, affirme que certains billots sont dans l'eau depuis plus de 100 ans.

Ce qu’on fait avec l'entreprise, c'est qu'on plonge pour récupérer les billots qui ont été perdus pendant la drave. On plonge [à] 40-50 pieds de profondeur.

Stéphane Beaulé

Pour les soulever, l’entreprise utilise un bateau ponton modifié qui possède un treuil. Les billots sont soulevés à côté du bateau et sont ainsi transportés jusqu’à la rive. « Les arbres ont l'air pourris et sont sales. Mais une fois qu'on les transforme en planche, ça donne un bois qui est encore très sain », explique Stéphane Beaulé.

Études à venirIl explique que des études seront réalisées afin de déterminer si la récolte de bois flotté améliore la santé des lacs visés. « Il y a des secteurs dans les lacs qui sont infestés de billes. Il n'y a plus de fond, ce sont juste des billes et de l'écorce. Avec l’aide du ministère [de l’Environnement], on est en train de voir pour encourager la récolte des billes et faire des essais pour étudier la progression du lac. Déterminer si ça reste neutre ou si ça améliore la santé du lac », souligne-t-il.Des bénéficesLe biologiste à la retraite, Roger Larivière, se réjouit de cette nouvelle initiative pour la région. Selon lui, le retrait des billots est bénéfique pour l'environnement.

« Il y a des entreprises de même nature qui ont été lancées dans le sud du Québec. À l'initiative des biologistes même. Alors, ils avaient fait la preuve que c'était bon pour l'environnement de récupérer ces billots-là. Puis d'autant plus que ces billots-là ont une grande valeur pour fabriquer des planches, pour l'ébénisterie. Ça, c'est prouvé », soutient-il.

Plus d'articles

Commentaires