Retour

Des biologistes étudient l'état de la tortue serpentine en Abitibi-Témiscamingue

Depuis deux ans, des biologistes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) cherchent à déterminer l'état de la population des tortues serpentines à proximité de Rouyn-Noranda.

Avec les informations de Guillaume RivestComme l'Abitibi-Témiscamingue est la limite nordique du territoire de ces tortues, elles sont peu nombreuses.

Les biologistes souhaitent ainsi connaître davantage leur comportement et assurer la survie de l'espèce.À l'aide d'un émetteur radio, le biologiste Jean Lapointe et le technicien Pierre Fournier ont cherché mercredi à retrouver une tortue serpentine qu'ils avaient capturée plus tôt cette année. Vivant dans des endroits marécageux, la tortue serpentine peut peser plus de 20 kilos.Opération de captureMalgré la vingtaine de pièges, Pierre Fournier explique que les captures sont peu fréquentes.« On sait déjà qu'ici les populations sont faibles. On ne s'attend pas à avoir des tortues tous les jours, dit M. Fournier. Présentement on a deux mâles capturés. On espère capturer des femelles. On demeure confiants, mais dans le cadre d'un projet comme celui-là, c’est un peu normal qu'on n'ait pas de capture tous les jours. »

Selon Jean Lapointe, biologiste au MFFP, ces opérations permettront de mieux préserver l'espèce.« Les principaux objectifs du projet sont, premièrement de déterminer combien il y a d'individus. Ensuite, on veut savoir où sont les sites de pontes et les sites où les tortues vont hiberner. À partir de nos résultats, on va être en mesure de trouver des moyens pour réduire le taux de mortalité de la population », explique le biologiste.Les efforts déployés autour de la tortue serpentine visent à assurer le maintien de la biodiversité, chose essentielle selon Jean Lapointe.Protection de l'écosystèmeCe dernier explique que toutes les espèces ont leur rôle à jouer dans les différents écosystèmes.« On a tendance à voir une importance plus grande aux espèces qui nous apportent quelque chose [concrètement], mais il y a beaucoup d'espèces dans l'environnement qui nous apportent quelque chose indirectement. Il y en a d'autre [dont le rôle] est moins évident [à cerner], mais qui ont un rôle important dans leur milieu », soutient-il.Les opérations de captures des tortues se poursuivront jusqu'à la mi-juillet.

Plus d'articles

Commentaires