Retour

Des cueilleurs de cassis recrutés par Facebook au Témiscamingue

Les réseaux sociaux sont un outil efficace de recrutement de la main-d'oeuvre. C'est le constat de l'entreprise Le Verger des Tourterelles au Témiscamingue. En quelques heures, la propriétaire a recruté une dizaine de personnes pour la cueillette du cassis, une tâche qui demande peu de temps, mais exige plusieurs cueilleurs.

D'après les informations de Tanya Neveu

Alexis Perron secoue les plants de cassis avec l'aide d'un morceau de bois. Le jeune homme de 14 ans prête main-forte au Verger des Tourterelles pour une deuxième année. « J'aime ça être dans la nature, être dehors et prendre de l'air », indique le cueilleur d'occasion.

La propriétaire du Verger des tourterelles, Marie-Ève Gagnon, doit user d'imagination pour recruter de la main-d'oeuvre lors de la cueillette.

« C'est un temps de l'année où la plupart des jeunes ont déjà leur emploi d'été, fait-elle valoir. On a fait un appel sur Facebook et ça a bien fonctionné. En une journée on avait trouvé nos 10 cueilleurs. »

Une tâche d'envergure

Les petits fruits de 1500 plants sont à récolter, ce qui représente en moyenne une tonne et demie de cassis. Les cueilleurs ont pu s'acquitter de cette tâche tout de même exigeante en à peine deux jours.

Olivier Lacasse a apprécié sa première expérience.

« Ce n'est pas si pire, car je suis en forme pareil, précise-t-il. Mais mes muscles du dos, ça fait longtemps qu'ils n'avaient pas travaillé par exemple. »

Produits dérivés

Le cassis est ensuite nettoyé et pressé. Son jus servira à la confection de plusieurs produits. « Nous, on fait une crème de cassis alcoolisée et différentes liqueurs de petits fruits aussi », cite entre autres Marie-Ève Gagnon.

La microbrasserie Le Trèfle noir de Rouyn-Noranda utilise aussi le cassis du Verger des Tourterelles dans l'une de ses bières.

Plus d'articles

Commentaires