Retour

Des journalistes étrangers pour promouvoir les atouts de l'Abitibi-Témiscamingue

Tourisme Abitibi-Témiscamingue a mis en place ces dernières années des opérations pour séduire des journalistes et blogueurs étrangers afin de promouvoir la région auprès des touristes étrangers.

Un texte de Guillaume Rivest

En 2016, l'organisme a invité 44 journalistes en Abitibi-Témiscamingue qui ont rédigé 85 articles sur la région. Cela aura permis d'atteindre plus de 25 millions de personnes, affirme Tourisme Abitibi-Témiscamingue.

Récemment, il a invité un journaliste pigiste de Seattle aux États-Unis pour une expédition de canot-camping de quatre jours sur le lac Kipawa au Témiscamingue.

Le journaliste américain Crai S. Bowe, accompagné des guides France Lemire et Diane Moreau, s'est notamment rendu sur l'île aux Fraises.

Même si l'expédition était ponctuée par des épisodes de pluies et d'orages, l’ambiance était quant au rendez-vous, dit-il.

Crai S. Bower juge l'expérience « fantastique ». Il ajoute que le lac présente un paysage incroyable parce qu’il est parsemé d’îles et que l’endroit est accessible à tous ceux qui ont une bonne forme physique.

Il a spécialement apprécié les soirées autour du feu.

Chaque année, Tourisme Abitibi-Témiscamingue invite des journalistes afin de promouvoir la région sur la scène internationale.

Selon la responsable des relations de presse, Anne-Marie Belzile, l’apport des journalistes étrangers est significatif dans la promotion de la région auprès des touristes.

« On rejoint bon an mal, je pense que l’année dernière, c’était une vingtaine de millions de personnes dans le monde. On cible principalement les marchés des États-Unis, de la France, de la Belgique, de la Suisse, évidemment du Québec et du Canada aussi, mais on rejoint évidemment avec le web des gens d’un peu partout dans le monde », dit-elle.

Elle précise que Tourisme Abitibi-Témiscamingue travaille depuis peu avec les médias étrangers. « Y'en a un qui vient, qui parle à son collègue, il y a une curiosité par rapport à la région qui commence vraiment à se faire sentir de plus en plus », explique-t-elle.

Développer des circuits d'aventure

Depuis quelques années, la consultante en plein air pour Tourisme Abitibi-Témiscamingue, France Lemire, s'affaire à développer des circuits d'aventure un peu partout dans la région.

Ce type de tourisme est très concurrentiel selon elle. Toutefois, elle pense que la région se démarque par le sentiment d'isolement et de nouveauté que ses milieux naturels procurent et avec ces 1600 km de berge et ses îles, le lac Kipawa est son endroit de prédilection pour vivre une expérience de camping sauvage, précise-t-elle.

« On n’a pas un achalandage extraordinaire, on se promène sur un territoire encore vierge, on a encore l’impression d’être les premiers à ouvrir la voie. C'est ça, je pense, notre point majeur. On a des forêts vierges, on arrive dans un camping sauvage, on a tellement peu de chances de voir des gens installés dans les campings, on se promène dans les cours d’eau, on se sent seul au monde », dit-elle.

Guide à l'occasion de cette tournée de presse, France Lemire croit depuis longtemps au potentiel de la région.

C'est d'ailleurs ce qu'a particulièrement apprécié Crai S. Bower : l'isolement, la nature sauvage et bien sûr, les soirées au bord du feu.

L’aventurière expérimentée Diane Moreau n’en est pas à sa première expérience, mais l’endroit l’émerveille toujours.

« C’est vraiment la nature, les grands pins, ce qu’on n’a pas vraiment en Abitibi, puis le lac Kipawa, c’est un lac super clair pour les gens qui veulent faire de la plongée », dit-elle.

Des expéditions avec d’autres journalistes sont également prévues cet été.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine