Retour

Des municipalités de l'Abitibi-Témiscamingue sans eau depuis plusieurs années

En Abitibi-Témiscamingue, quatre municipalités n'ont pas accès à l'eau potable ou doivent la faire bouillir avant de la consommer.

Il s'agit des municipalités de Poularies en Abitibi-Ouest et Fugèreville, Belleterre et Angliers au Témiscamingue.

Angliers

À Angliers, un avis d'ébullition de l'eau est en vigueur depuis 2009. La municipalité de 300 habitants compte sur un projet d'environ 10 millions de dollars pour une station d'eau potable.

Le projet a pris du retard, c'est pourquoi les élus de la municipalité ont demandé, en mars dernier, au gouvernement du Québec de reprendre les choses en main.

Depuis, tout semble rentrer dans l'ordre, selon la mairesse. Lyna Pine espère achever le projet en 2017 et compte sur une aide du gouvernement qui pourrait atteindre 95 % du coût du projet

« En 2016, on aimerait que le réseau soit reconstruit, tous les tuyaux dans le chemin, refaire le surfaçage tout ça et, en 2017, que la station soit fonctionnelle. Ça c'est ce qu'on aimerait, mais comme je vous dis il y a des étapes primordiales. Une des premières étapes, c'est l'acceptation de la population. Il faut aussi voir jusqu'où le ministère est prêt à aller pour nous donner un coup de pouce dans ce projet-là. »

Belleterre

À Belleterre, l'avis d'ébullition a été également émis en 2009. La municipalité a déboursé environ 500 000 $ dans la recherche d'une source d'eau souterraine, mais sans succès

Le maire Bruno Boyer affirme que la municipalité travaille également depuis quatre ans pour installer un système de filtration de l'eau.

« On devrait commencer une présélection pour le système de filtration en décembre ou en janvier et, si tout va bien, l'ingénieur a trouvé que tout est correct, à partir du mois de mai, là il recommencerait avec un autre processus d'appel d'offres, là ce serait l'installation. »

Bruno Boyer ajoute que si les choses se déroulent comme prévu, les citoyens pourraient avoir de l'eau en janvier 2017.

Le maire de Belleterre et la mairesse d'Angliers craignent toutefois de voir les projets compromis en raison des coûts d'entretien que les municipalités ne peuvent supporter.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine