Retour

Des propriétaires excédés de voir des motoneiges sur leur terrain sans autorisation

Des propriétaires de terres privées en ont ras-le-bol de voir des motoneigistes délinquants circuler sur leurs propriétés sans autorisation. Une jeune famille de Rapide-Danseur affirme avoir été insultée et même menacée par l'un d'entre eux lorsqu'ils ont tenté d'interpeller l'un de ces motoneigistes. Jenny Bouchard, de Rapide-Danseur, a dénoncé sur Facebook la situation dont sa famille a été victime.

La publication Facebook de Mme Bouchard est rapidement devenue virale. Elle a été partagée plus de 600 fois. Les nombreux commentaires que sa publication a générés ont révélés que plusieurs autres propriétaires de terres en Abitibi-Témiscamingue sont excédés de situations semblables qui se déroulent également chez eux.

Exaspérée de voir des motoneiges passer sur la plantation d'arbre de son voisin en l'absence de ce dernier, Mme Bouchard a décidé de prendre des photos des motoneigistes. Un de ceux-ci s'en est offusqué. « Pour faire son petit baveux, il est venu piler direct sur ma pelouse, à moins de 30 mètres de la maison », relate-t-elle. Il a ensuite lancé des insultes et des menaces à Mme Bouchard et son conjoint, devant leurs enfants. Comble de l'ironie, le motoneigiste s'est enlisé sur le terrain de Mme Bouchard.

Elle a dénoncé la situation sur Facebook et a obtenu des centaines d'appuis.

Quels sont les droits et les recours des propriétaires dans de telles situations? Le sergent Benoit Coutu de la Sûreté du Québec sera à l'émission Des matins en or, mercredi, afin de clarifier le tout.

Écoutez le récit de Jenny Bouchard en détails.

Que faire dans de tels cas?

« Ça arrive à beaucoup de gens. On a des grands espaces alors, oui, c'est des faits vécus pour certains citoyens », confirme Benoit Coutu de la Sûreté du Québec.

Il spécifie que sur des terres privées, la circulation est interdite, « à moins d'avoir une autorisation [écrite] comme le font les clubs de motoneigistes et de quad. »

En cas d'infraction, les amendes peuvent aller jusqu'à 450 $ plus les frais. « La raison pour laquelle les frais sont si élevés, c'est que les gens sont tannés et que la loi a suivi par rapport à ça », explique l'agent de la SQ. « S'il y a des dommages et que c'est fait volontairement, il peut y avoir aussi des accusations criminelles », continue-t-il.

Benoit Coutu suggère aux plaignants témoins d'actes répréhensibles de noter le plus de détails possibles sur les motoneigistes ainsi que leurs motoneiges afin de pouvoir porter plainte. Les vêtements, les couleurs, l'apparence du bolide, sont notamment des éléments à noter.

Plus d'articles